ActualitéAmérique du nordBourseBusinessHR TechInvestissements

La plateforme de Freelances Upwork pourrait lever jusqu’à 172 millions de dollars en Bourse

  • Upwork, la plateforme américaine dédiée aux freelances et dirigée par l’entrepreneur français Stéphane Kasriel, a fixé les conditions de son introduction en Bourse.
  • Upwork souhaite se lancer sur le Nasdaq et proposer 12,3 millions d’actions au prix de 12 à 14 dollars chacune. La plateforme basée dans la Silicon Valley pourrait ainsi lever jusqu’à 172,2 millions de dollars.
  • Upwork compte autour de 375 000 travailleurs indépendants sur sa plateforme et 475 000 clients pour une présence dans 180 pays. Coté performances, l’entreprise a enregistré un chiffre d’affaires de 202,6 millions de dollars au 1er semestre 2018, contre 164,4 millions de dollars au même semestre de 2017, soit une augmentation de 28 %.
  • Face à l’évolution du marché du travail, les plateformes qui proposent de mettre en relation des travailleurs indépendants et des entreprises se sont multipliées. On peut citer l’entreprise australienne freelancer.com ou encore l’israélienne Fiverr, qui considérerait aussi une entrée en Bourse. Cela, sans oublier le Français Malt qui a débuté son expansion internationale l’année dernière. L’entreprise revendique plus de 40 000 clients et 90 000 indépendants sur sa plateforme.

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
La plateforme de Freelances Upwork pourrait lever jusqu’à 172 millions de dollars en Bourse
E-commerce: StockX lève 255 millions de dollars pour une valorisation à 3,8 milliards de dollars
Jeux vidéo
Gaming: le CNC consacrera 4,2 millions d’euros pour les créateurs de jeux vidéo en 2021
Fuites, piratages… : comment éviter que nos données circulent?
«Ma classe à la maison»: la plateforme du CNED de nouveau ciblée par des cyberattaques
Radio France
Face aux géants du streaming, les radios françaises font leur révolution numérique
De quoi le télétravail est-il la fin?