ActualitéHR TechRetail & eCommerceServicesStartup du jour

La start-up du jour: Kidssitter, pour trouver un(e) babysitter ou une garde partagée

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Kidssitter, une plate-forme de mise en relation pour trouver rapidement un(e) baby-sitter près de chez soi. Les entretiens s’opèrent par webcam. Plus de détails avec Mrine Fontalba, cofondatrice.

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

marine-fontalbaMarine Fontalba : Issus d’une formation d’école de commerce spécialité e-business et anciens baby-sitters, Guillaume et moi-même sommes partis du constat que chaque année trouver une garde d’enfants était un parcours du combattant et s’il est difficile pour les parents de trouver une personne de confiance, il est tout aussi difficile pour les baby-sitters et nounous de faire savoir aux parents qu’ils sont la personne idéale.

Cela sans parler de trouver une baby-sitter sur son lieu de villégiature ! L’été 2009, alors que nous étions en vacances, nous avons été confrontés au problème d’un couple, jeunes parents, qui auraient aimé se libérer de leurs enfants chéris l’espace d’une soirée… Nous avons alors émis l’idée d’un site Internet et d’une application mobile qui mettraient en relation des parents et baby-sitter avec rédaction d’avis et de commentaires partout en France.

Depuis cette rencontre, nous avons travaillé main dans la main avec des familles et des baby-sitters pour mieux appréhender leurs besoins au quotidien et préciser notre concept. Le résultat : Kidssitter, un site de mise en relation de parents et baby-sitter partout en France avec un aspect rassurant pour les parents.

Pourquoi Kidssitter ? Pour deux raisons : « kids »terme anglophone qui évoque les enfants au sens large du terme et « sitter » qui est une référence dans le secteur de la garde d’enfants. Début d’année 2013, tout juste diplômés, nous avons décidé de nous lancer dans cette belle aventure entrepreneuriale .

Enfin en ligne depuis le mois de mars 2014, nous complèterons notre offre avec l’application mobile qui devrait séduire les parents et les baby-sitters par sa simplicité d’utilisation.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

La recherche de baby-sitter et de nounous n’est pas une tendance, mais une réalité pour les familles aussi bien aujourd’hui que demain. Si la génération actuelle de parents commence à rechercher des baby-sitters sur le web, celle de demain aura le réflexe de se connecter sur des plates-formes comme kidssitter.com pour résoudre ses problèmes de garde d’enfants.

Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

Grâce à un système d’abonnement mensuel (9,90€/mois), trimestriel (6,90€/mois)  ou encore annuel (4,90€/mois) pour les parents. Et par la mise en place d’un système d’option pour les baby-sitter, avec la validation (4,90€/an) et la certification (8,90€/an) de leurs profils.

Qui sont vos compétiteurs ?

Nous distinguons aujourd’hui deux typologies d’acteurs sur ce marché: les sites du type « multi-services » comme les sites Famihero et, plus récemment, Yoopies qui proposent à la fois des services de garde d’enfants, de ménage, de jardinage, et les sites dits spécialisés comme Yoopala qui proposent exclusivement des services de garde d’enfants en conservant un rôle d’intermédiaire entre la famille et la ou le baby-sitter.

Si nous rentrons en concurrence avec l’ensemble de ces acteurs, notre stratégie est différente : nous sommes spécialisés sur la garde d’enfants et n’interférons pas dans la relation parents-baby-sitter.

A quoi ou à quelles sociétés vous compare-t-on par erreur ?

Bien souvent, on nous compare à des sociétés comme Kangouroukids, O2… des sociétés qui possèdent un réseau d’agences et qui impliquent une relation tripartite, car si la nounou, assistante maternelle ou baby-sitter est embauchée et rémunérée par la société, elle travaille chez la famille qui n’est pas son employeur direct.

Avec Kidssitter, les parents entrent en contact directement et sans intermédiaire avec le ou les personnes qui proposent leurs services sur notre site, c’est pourquoi Kidssitter ne prend pas de commission sur la prestation.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Le plus compliquédans le cas de Kidssitter c’est la constitution de la base de données. Dans un premier temps, développer celle des baby-sitters et, dans un second temps, celle des parents. Il faut donc un plan de communication en deux étapes. De plus, la constitution globale de cette base de données doit être rapide afin de pouvoir satisfaire les premiers demandeurs et les fidéliser.

Nous avons donc décidée de lancer le site Kidssitter dans une version bêta et d’offrir aux premiers inscrits notre service gratuitement. Cette offre de lancement vise à faire découvrir notre site aux internautes et à développer notre base de données plus rapidement du fait de la gratuité.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Lorsque nous avons imaginé Kidssitter nous avions un objectif : faire en sorte que trouver une baby-sitter devienne un jeu d’enfant. Nous proposons ainsi des recherches multicritères et géolocalisées, une évaluation des familles, des suggestions de profils correspondant aux besoins recherchés, des gardes d’urgence… Pour nous différencer de nos concurrents nous avons mis en place des services et outils supplémentaires comme :

  • la possibilité de mener des entretiens webcam en s’appuyant sur la technologie Skype. Offrir à nos membres la possibilité de mener les premiers entretiens avec les kidssitters depuis chez eux avec leur webcam, voilà comment être des parents à la page ;
  • en créant ce que l’on appelle un widget social qui est une carte de visite que l’utilisateur peut diffuser sur ses réseaux sociaux favoris. A l’heure où les réseaux sociaux prennent de plus en plus d’importance lors de la recherche d’un job, cet outil nous est apparu comme essentiel.

 

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

Si nos parents nous ont toujours encouragés à créer notre propre société et nous ont toujours soutenus sur ce projet, ils nous ont aussi conseillé d’attendre la fin de nos études pour mettre toutes les chances de notre côté. Et je pense que ce conseil a été des plus judicieux, car même si Kidssitter se lance sur un marché plus compétitif qu’il y a encore 3 ans…Kidssitter est aujourd’hui un projet abouti.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Question difficile… Il y en a tellement. J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour ceux qui entreprennent et pour les artistes…

Une personnalité me vient àl’esprit : l’artiste britannique Damien Hirst, qui a en septembre 2008, cassé les codes du marché de l’art en organisant une vente aux enchères de ses œuvres les plus récentes chez Sotheby’s sans passer par le traditionnel circuit des galeries. Voilà un artiste qui a le sens de l’innovation et du commerce.

Fondateurs : Marine Fontalba et Guillaume Thomas

Investisseurs: Marine Fontalba et Guillaume Thomas

Date de création: mai 2013

Nombre de salariés: 2

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

7 commentaires

  1. Concept sympathique. Combien y a t’il d’annonces pour le moment? Ce n’est pas précisé sur le site, on peut seulement extrapoler à partir de ce qu’on voit sur la carte.

  2. J’aurais adoré pouvoir tester le service mais je ne trouve pas l’appli ni sur Android ni sur iOS. C’est moi ou bien ?

Bouton retour en haut de la page
La start-up du jour: Kidssitter, pour trouver un(e) babysitter ou une garde partagée
Accenture s’apprête à acquérir le cabinet OpusLine pour se renforcer dans la santé
Recrutement: pourquoi miser sur le personal branding quand on est candidat
HR Tech: les annonces qu’il ne fallait pas manquer depuis juin
Puces informatiques: dans un secteur en ébullition, AMD acquiert Xilinx pour 35 milliards de dollars
Vinted poursuit sa conquête de l’Europe avec le rachat de son concurrent United Wardrobe
Comment réussir son entretien en visio?