Participez au Top 100 des entreprises qui recrutent dans le numerique 2019
ActualitéHealthcareMarketing & CommunicationStartup du jour

La start-up du jour : My Hospi Friends, le réseau social qui regroupe les patients hospitalisés

La start-up s’adresse aux 2 700 hôpitaux, publics ou privés, en France mais doit faire face au manque d’infrastructures Wi-Fi…

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir My Hospi Friends, une start-up parisienne fondée en octobre 2012 par Julien Artu. L’idée ? Regrouper les personnes hospitalisées par centre d’intérêts. Plus de détail avec le fondateur.

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société?

Julien-ArtuJulien Artu : Suite à un grave accident de la route en septembre 2011, je suis resté alité pendant 5 mois. Je me suis alors rendu compte qu’il n’existe aucun moyen pour les patients de se divertir, pour animer leur quotidien, qui devient vite ennuyeux et déprimant.

J’ai donc décidé de créer un réseau social de niche à destination des patients hospitalisés.  My  Hospit Friends permet aux patients de se connecter entre eux, selon leurs affinités et intérêts, se faire de nouveaux amis, partager autour de leurs passions, se sentir moins seuls, en quelques mots.

A quel besoin apportez-vous une réponse?

C’est justement à cette problématique d’isolement que la plateforme My Hospi Friends répond. Notre réseau social, anonyme et gratuit pour les utilisateurs, est un réel complément de thérapie, qui permet aux patients de passer un meilleur séjour, et sortir de l’isolement, si présent à l’hôpital.

Ce réseau social innovant propose également des jeux, des news et des contenus thématiques.

Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent?

La France compte 2 700 hôpitaux, publics ou privés, sans parler des SSR (Soins de Suite et de Réadaptation). Nous avons donc adopté une stratégie B2B2C, même si nous ne monétisons pas les profils. Etant positionnés comme éditeur de logiciel e-santé, nous vendons directement les licences d’exploitation aux structures hospitalières.

Celles-ci peuvent en outre communiquer avec les patients par ce biais, en tirer des statistiques (anonymisées), soulager la charge de travail de leur personnel soignant, et surtout participer au développement de l’hôpital numérique 2.0, l’une des filières d’avenir identifiées par le gouvernement.

Qui sont vos compétiteurs?

Nous n’avons pas de réels compétiteurs, ce qui est une chance. En effet, les rares plateformes, telles que Carenity ou encore BePatient sont axées pathologies, et parcours de soins, alors que nous sommes orientés sur l’aspect ludique, le divertissement, l’échange basé sur l’affinité, mettant ainsi le patient au cœur de la démarche.

peoplelikeus-1A quoi ou à quelles sociétés vous compare-t-on par erreur ?

Carenity, BePatient, ou Entrepatients (patientsworld), qui ont, comme je vous disais, une approche très différente de la notre, et pas moins intéressante pour autant. Sans oublier, un autre réseau social auquel nous sommes souvent comparé, un « certain » facebook…

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

La première problématique à laquelle nous avons eu à faire face est le manque de développement wifi dans les hôpitaux. Notre plateforme est accessible avec la 3G mais nos interlocuteurs coté système d’information peuvent se montrer un peu frileux sur cet aspect (alors que les directeurs communication, par exemple, sont très enthousiastes).

Nous organisons donc des rendez-vous, téléphoniques ou face à face, pour les rassurer sur tous les aspects techniques (à savoir, le réseau est hébergé sur nos serveurs). Personnellement, je ne vois que les solutions, plutôt que les problèmes…

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Mon expérience personnelle m’a permis découvrir une problématique ignorée jusque là, et de comprendre l’existence d’un réel besoin dans ce domaine. Je pense que notre principal atout est le coté unique de notre service.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

De commencer à travailler sur My Hospi Friends et c’est ma compagne qui m’a poussé à me lancer.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Chacun doit appréhender son projet avec sa vision donc je n’ai pas vraiment de conseils et je suis loin d’un Xavier Niel dont j’admire la réussite. Mais je dirai tout de même d’être vigilant aux associations pour monter un projet. La vitesse doit également rester une des principales préoccupations pour la réussite du projet. Le « time to market » est essentiel dans le domaine de l’Internet. Il faut donc savoir prendre des décisions rapidement, et en espérant que ce soit les bonnes….

[tabs]
[tab title= »My Hospi Friends : les données clés »]

Fondateur : Julien Artu

Investisseurs : Amr Soubra, ancien dirigeant d’Airox (respirateurs à domicile)

Date de création : People Like Us a été créé en septembre 2013, mais le projet en lui même est réfléchi depuis octobre 2012.

Nombre de salariés : 7 (salariés, freelances et investisseurs)

Société basée à : Paris 

[/tab]
[/tabs]

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Plus d'infos

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer