ActualitéStartup du jourTech

La startup du jour : Voxygen développe des voix capables de lire n’importe quel texte

[startupjour0]

La startup compte la SNCF, les Pages Jaunes et Orange parmi ses clients.

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Voxygen, une startup française basée à Pleumeur-Bodou, en Bretagne, qui concoure dans le secteur très fermé des éditeurs de synthèse vocale et déjà bien connu pour ses voix expressives. Elle développe des voix capables de lire à haute voix n’importe quel texte.

Plus de détails avec Thierry Moudenc, président de Voxygen.

 

FW : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

Thierry-Moudenc

Thierry Moudenc : Voxygen est l’aboutissement d’un essaimage de la part des membres de l’équipe historique d’Orange Labs en synthèse vocale. Ces membres constituent maintenant l’équipe dirigeante de Voxygen. A Orange Labs, l’enjeu portait sur l’excellence technologique, avec des moyens importants pour travailler. Cela nous a permis de développer une technologie reconnue « best-in-class », très en rupture, capable de restituer une voix porteuse d’une réelle personnalité et capable de s’exprimer de différentes manières, selon la situation.

Le savoir-faire unique acquis dans la mise en oeuvre dans les grands services vocaux d’Orange depuis plus de dix ans nous a poussé à souhaiter valoriser la technologie dans des secteurs autres que les seuls domaines de service d’Orange.

FW :  A quel besoin apportez-vous une réponse ?

La technologie de synthèse vocale est utilisable dans de nombreux secteurs d’activité. Les voix de Voxygen sont aussi bien capables de jouer ou faire rire que de restituer une information purement technique ou d’accompagner, rassurer. Elles s’appliquent à différents domaines, pour des besoins aussi spécifiques que variés : pour les services télécoms, dans les terminaux (mobiles, tablettes, tvbox, …), pour l’éducation, pour la formation, dans les jeux vidéo, la santé, les médias, à des fins d’accessibilité, dans les lieux publics …

Les clients qui nous font déjà confiance (EDF, Météo France, RATP, SNCF, Pages Jaunes etc…) ont exprimé un besoin auquel seul à Voxygen a su répondre : la création de voix, porteuses d’une personnalité, adéquates à un usage particulier, avec un contrôle total.

FW : Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

En vendant des licences logicielles et des services spécialisés. L’ensemble des produits comprend :

  • Un catalogue de plus de 60 voix expressives et polyvalentes, de l’institutionnel au « fun »
  • Le moteur de synthèse en serveur, en cloud, ou en embarquée pour une vocalisation en temps réel
  • Un studio d’enregistrement virtuel, interface web de création de messages, disponible 24/7, qui permet de créer des messages audio sur mesure, avec une grande capacité de contrôle et de retouche, y  compris de l’intonation. Et de déployer immédiatement les messages dans les produits ou services cibles.
  • Le « Webreader » qui permet d’offrir un parcours de son site par la lecture, avec un bouton Play
  • Des SDK pour développeurs : Windows (SAPI), Linux, Android et IOS
  • et la gamme d’applications mobiles BestOfVox sur GooglePlay (et bientôt sur l’AppStore)

 

FW :  Qui sont vos compétiteurs ?

Les concurrents de Voxygen sont principalement Nuance (américain), Acapela (belge), et Ivona (polonais) sur les voix dites standards. Sur les voix plutôt ludiques, dites colorées, Voxygen n’a aujourd’hui aucun concurrent direct.

FW :  A quoi ou à quelles sociétés vous compare-t-on par erreur ?

A la reconnaissance vocale. La synthèse vocale parle, la reconnaissance vocale écoute. La synthèse est à l’écran ce que la reconnaissance est au clavier. Pourtant, la confusion n’est pas rare.

FW :  Quelle a été  l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Dès la naissance de Voxygen nous avons connu une demande très forte de solutions sur mesure. Notre premier challenge a été de gérer notre croissance au niveau des effectifs afin de faire face à cette demande.

Le deuxième défis a été, dans le même temps, de définir et « packager » un catalogue de produits et de services tarifés. La difficulté était d’autant plus forte que notre passé en tant qu’équipe au centre de R&D d’Orange ne nous avait jamais orientés vers une définition formelle de notre offre.

FW : Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Le mot d’ordre chez Voxygen est la qualité. Dans un univers concurrentiel qui n’offre que du noir et blanc, Voxygen introduit la couleur avec ses voix prototypiques et du relief grâce à la multi-expressivité. Notre capacité d’écoute et de réponse appropriée aux besoins de nos clients est la source de ce savoir-faire. C’est ainsi que nous avons par exemple gagné la confiance de la SNCF, EDF, Météo France et RATP pour la création de voix spécifiques à leur contexte, fidèles à leur image.

Voxygen possède également un savoir-faire unique pour la création de solutions de synthèse vocale en langues nationales d’Afrique subsaharienne. Il s’agit de langues qui sont très utilisées oralement mais qui sont très peu formalisées et pour lesquelles tout est à construire. Notre méthode incrémentale de création de langues nous permet de répondre à de très nombreux besoins vers des populations très importantes en nombre, dépourvues de solutions alternatives.

FW : Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

Faire des études. Par un militaire.

FW : Qui est la personnalité que vous admirez le plus ?

Le concepteur de Z6PO (un robot de la saga Star Wars de  George Lucas)

voxygen-team

Fondateurs : 

  • Thierry Moudenc, Président
  • Edouard Hinard, Directeur Général
  • Lene Kruse, Directrice Marketing & Commerciale
  • Paul Bagshaw, Directeur Technique
  • Olivier Rosec, Directeur Recherche & Développement
  • Eric Renaud, Responsable de la production
  • Philippe Bretier, Chef de Projet
  • Ghislain Putois, Ingénieur R&D

 

Investisseurs : Love Money (24 personnes, familles et amis)

Date de création : création en septembre 2011 et démarrage des activités en décembre 2011

Nombre de salariés : 1er décembre à 2 personnes, recrutement de 18 autres personnes en 2012 et 2013 pour un effectif total de 20 personnes fin 2013.

Chiffres d’affaires : 481 000 euros en 2012.

Société basée à : Pleumeur-Bodou.

[startupjour1]

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
La startup du jour : Voxygen développe des voix capables de lire n’importe quel texte
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link