ActualitéHR TechStartup du jour

La startup du jour : WebEngineering, plateforme de mise en relation dans le conseil en ingénierie

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir WebEngineering. Basée à Paris, la startup édite une plateforme de mise en relation BtoB des acteurs du conseil en ingénierie. Plus de détails avec Alexandre Roy, le fondateur.

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Alexandre Roy : L’idée de créer WebEngineering est venue du constat que les sociétés de conseil en ingénierie manquaient d’outils pour faire connaitre leurs consultants disponibles et pour leur retrouver des missions rapidement. Lorsque l’on connaît le coût d’un consultant sans projet (entre 300 et 600 euros par jour), il devenait urgent de trouver une solution efficace.

Un consultant sans projet est aussi appelé consultant en inter-contrat dans les sociétés de conseil.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Le besoin majeur auquel WebEngineering répond, est donc le problème d’inter-contrats dans les sociétés de conseil. Comme dit précédemment, l’inter-contrat coûte en moyenne entre 300 et 600 euros par jour et dure en moyenne trois semaines. Aujourd’hui les seuls outils dont disposent ces sociétés pour retrouver des missions rapidement pour leurs consultants, sont le téléphone et internet pour le sourcing d’éventuels prospects qui pourraient avoir des missions à proposer.

WebEngineering numérise l’offre et la demande, et en quelques clics seulement, une société de conseil peut identifier des missions en parfaite adéquation avec les compétences de leurs consultants. Nous leur faisons ainsi gagner un temps précieux et économiser beaucoup d’argent, surtout en période de baisse d’activité industrielle qui les impacte en premier.

Nous répondons également aux besoins des donneurs d’ordres industriels qui connaissent très peu le marché de la prestation d’ingénierie technique et qui n’ont aucun outil pour gérer leurs appels d’offres. WebEngineering permet d’identifier les « moutons à 5 pattes » bien souvent recherchés, de « sourcer » des entreprises spécialisées dans tel ou tel domaine d’application, d’avoir un bras de levier plus important pour faire baisser les coûts de prestation et de gérer simplement leurs appels d’offres, via notre outil de gestion intégré.

Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?

Nous monétisons l’accès à la base de données des missions via une formule d’abonnement mensuel et via une formule OneShot. Nos clients sont donc les sociétés de conseil en ingénierie et les freelances (consultants indépendants).

Qui sont vos compétiteurs ?

Il existe plusieurs dizaines de places de marché dédiées à la prestation dans le domaine de l’ingénierie informatique (SSII), dont les plus connues sont Hitechpros (15 millions d’euros de chiffre d’affaires) et Freelance.com (50 millions d’euros de chiffre d’affaires), mais aucune n’est spécialisée sur le marché bien précis de l’ingénierie et du conseil en technologies (SICT) comme l’est WebEngineering.

La différence entre ces deux marchés dont les processus sont identiques se trouve sur les domaines d’application dans lesquels sont exercées les prestations. Les SSII vont intervenir sur les prestations liées aux métiers de l’informatique, SI et IT, alors que les SICT vont intervenir sur les prestations liées aux métiers du génie mécanique, électronique, chimique, civil et autres…

Cependant le marché d’ICT reste 6 fois moins important que celui des SSII, avec 8 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2012 en France, contre 46milliards d’euros pour les SSII, ce qui nous positionne sur un marché niche par rapport à nos concurrents.

A quoi ou à quelles sociétés vous compare-t-on par erreur ?

On nous compare souvent à des sociétés de conseil en ingénierie comme Altran, lten, AKKA Technologies, ou à des sociétés de portage salarial.

Quelle a été  l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

La première difficulté que j’ai rencontré, c’était au moment de développer la première version de WebEngineering. Mes connaissances en développement web étant bien trop limitées, j’ai donc commencé par rechercher un développeur web avec qui m’associer. Tous les candidats que je rencontrais, à l’époque, ne correspondaient pas à ce que je recherchais.

J’ai donc souhaité sous-traiter cette partie à des agences. Les premiers retours n’étaient pas franchement encourageants, car tous les devis avoisinaient les 50 000 euros alors que mon budget était limité à 10 000 euros. J’ai ensuite étudié l’option freelance, et par mise en concurrence de ces derniers, j’ai pu rentrer dans mon budget, mais en faisant des sacrifices sur les timings de développement.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Notre équipe pluridisciplinaire (commercial, développeur web et communicant) rend notre travail très efficace. De plus, sur le développement commercial qui est un de nos facteurs clés de succès, je connais, personnellement, très bien ce marché pour l’avoir pratiqué pendant près de trois ans, sous toutes ses formes en tant qu’acheteur, puis en tant qu’ingénieur d’affaires. C’est sur cette partie là que la vraie différence se fera avec nos concurrents.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

« Parlez moins, écoutez plus », donné par mon ancien coach. Savoir écouter n’est pas aussi simple que cela puisse paraitre, c’est un vrai exercice professionnel et c’est ce qui vous permettra d’améliorer vos relations avec vos clients, vos fournisseurs et vos employés.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Xavier Niel, pour sa modestie, son franc parler, ses investissements d’envergures pour développer l’économie française et surtout pour l’exemple de réussite qu’il représente pour les entrepreneurs.

Fondateur : Alexandre ROY

Investisseurs : amis, famille et business angel

Date de création : janvier 2013

Nombre de salariés : 2

Chiffres d’affaires : N.C.

Société basée à : Paris

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

5 commentaires

  1. RomainGereaud merci je vais regarder ça ! Ça roule à Bordeaux ?

  2. il me semble que vous vous attaquez à un faux problème. depuis 6 ans que je travail dans les SSII la vérité c’est que les contrats se gagnent par un fort réseautage propre au B2B et surtout tirés par le système très connu du référencement. Peut-être que pour les freelancers c’est une bonne plateforme mais pas pour les SSII. et entre nous, l’inter-contrat c’est déjà géré dans le marges de TJM (taux jour homme).

  3. BrunoLeFrancois ma vie bordelaise se passe très bien ! Mais les échanges et l’ambiance qu’il y avait chez #STEFIT me manquent :-(

  4. WebEngineering3 Mettre Altran AltranFrance et Alten_france dans le même tweet ? Tu veux mettre le feu ?

Bouton retour en haut de la page
La startup du jour : WebEngineering, plateforme de mise en relation dans le conseil en ingénierie
Réseaux sociaux: après les innovations, l’uniformisation?
Livraison : la rapidité n’est pas le premier critère du consommateur
Cashfree
FinTech: l’Indien Cashfree lève 35,3 millions de dollars auprès d’Apis Partners et Y Combinator
La croissance d’Aramis Auto soutenue par le marché de l’occasion
Commission sur les applications: Apple fait une nouvelle concession
[Webinar] Comment simplifier vos processus et réduire vos coûts grâce à la signature électronique ?