BusinessHR TechInvestissementsLes levées de fonds

La startup Leeto lève 2 millions d’euros pour repenser le comité d’entreprise

Leeto, anciennement Clan.io, startup spécialisée dans la digitalisation des comités d’entreprise, lève 2 millions d’euros auprès de Founders Future et de business angels, dont Thomas Rebaud (Meero), Benjamin Netter (October) et Vincent Luciani (Artefact). Il s’agit de la première levée de fonds réalisée par la startup. 

Lancé en 2018 par Arthur Reboul, Alban Porcheron et Guillaume Lestrade, Leeto développe une solution SaaS à destination des comités d’entreprise. La startup propose notamment une carte de paiement permettant aux salariés de profiter au quotidien des avantages négociés par leur entreprise. La startup parisienne compte parmi ses clients des entreprises comme Uber, Criteo ou encore ManoMano

Via cette levée, Leeto souhaite recruter et prévoit de lancer sa première carte de paiement entièrement dédiée aux avantages salariés d’ici fin 2019.

Revoir l’interview d’Arthur Reboul ici.

Leeto: les données clés

Fondateurs : Arthur Reboul, Alban Porcheron et Guillaume Lestrade
Création : 2018
Siège social : Paris
Secteur : CE, avantages salariés
Marché : développe une carte de paiement pour les salariés


Financement : 2 millions d’euros en septembre 2019 auprès de Founders Future et de business angels, dont Thomas Rebaud (Meero), Benjamin Netter (October) et Vincent Luciani (Artefact).

Bouton retour en haut de la page
Leeto
La startup Leeto lève 2 millions d’euros pour repenser le comité d’entreprise
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Pourquoi Eric Boustouller, ancien président de Microsoft Europe de l’Ouest, rejoint C4 Ventures
[SEED] Stoïk lève 3,8 millions d’euros auprès d’Alven Capital et Kima Ventures pour assurer les PME contre les cyberattaques
Google demande l’annulation d’une amende de 100 millions d’euros reçue de la Cnil pour ses cookies
[Serie A] Unkle lève 10 millions d’euros pour assurer les propriétaires et se porter garant des locataires
Comment Rosaly veut démocratiser l’acompte sur salaire en France