A la uneActualité

Le Français Nexedi veut faire plier Apple sur son Webkit

Apple va se retrouver devant la justice, non pas face à Samsung comme généralement pour vol de brevets, mais face à Nexedi, une PME française des Hauts-de-France. L'éditeur de logiciels open source pour les entreprises, enregistré à Marcq-en-Baroeul, assigne le géant après avoir constaté depuis plusieurs mois que le navigateur qu'il développe sous HTML5 n'est pas rendu compatible sur l'iOS. Pour faire plier le système américain, l'éditeur va faire jouer la législation française.

«Au regard de la situation d'HTML5 sur iOS et de l'effort gaspillé en rétro-compatibilité par Nexedi (ainsi que par d'autres entreprises), nous avons décidé de chercher une solution légale pour aider Apple à ouvrir les portes de son AppStore à d'autres navigateurs Web», explique la société qui emploie 35 salariés. Son objectif: «faire annuler la clause qui interdit de publier un navigateur qui utilise autre chose que le Webkit intégré d'Apple. Il y a plusieurs façons d'y parvenir; l'une peut prendre un mois, l'autre peut prendre 3 ou 4 ans», détaille à Frenchweb Jean-Paul Smets, le fondateur.

Pour l'heure, la société créée en 2001 chiffre son manque à gagner à 770 000 euros, notamment parce que les aller-retours pour rendre les fonctions compatibles entre l'iOS et ses développeurs sont nombreux. Elle prévoit aussi des pertes sur sa nouvelle suite bureautique Web «compatible Microsoft Office en mode offline qui fonctionne dans un navigateur Web, mais pas sous iOS».

La loi made in China

Conscient d'avoir peu de chance d'aboutir si il choisit «l'abus de position dominante», le producteur de l'ERP5 veut se placer en «paysan du digital, face à un grande distributeur». Sur ce volet, et cela serait «une première pour le secteur du logiciel, jamais personne n'a assigné Apple comme un géant de la grande distribution, une position qu'une loi sous le gouvernement précédent a permi de réduire», affirme le fondateur. Et d'ajouter:  «On aurait pu choisir l'unviversalité de l'accès au Web comme motif, mais il est aussi très improbable de gagner. On a donc pris le code du commerce et des dispositions qui ont fonctionné au delà du secteur du logiciel. (de la Loi de Modernisation de l'Economie LME en 2008 ndlr)».

Cette idée, c'est Jean-Baptiste Soufron, l'ancien secrétaire général du CNNum et nouvel avocat (FWPA) de la société, qui l'a eue. 

Si la loi française échoue, Nexedi, qui réalise 2 millions d'euros de chiffre d'affaires avec ses bureaux au Japon, en Allemagne et en Chine, enquête sur d'autre juridictions. «En Chine, avec le droit continental où la justice appartient au gouvernement, l'intérêt du peuple est pris en compte de façon supérieure qu'un texte de loi. D'autre part, Tencent va fortement dans la direction du HTML5», anticipe Jean-Paul Smets. D'ici le procès prévu début février en France, d'autres pistes devraient donc être ouvertes.

Dans son combat elle compte aussi emmener d'autres acteurs français, tel «Hubl.in (un hang out français) privé d'accès au marché de l'iOS». Quant à contacter directement Apple, la PME, qui a parmi ses clients Airbus, Mitsubishi, la Sanef, l'a immédiatement exclu.

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Close
Share This