ActualitéBusinessTech

Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom

AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

La holding USM du milliardaire proche du Kremlin Alicher Ousmanov a annoncé jeudi avoir vendu ses parts de VK, le groupe de tech russe qui dispose notamment du réseau social VKontakte, le « Facebook russe », à Sogaz, une société d’assurance affiliée au géant gazier public Gazprom. Cette transaction est le dernier signe du contrôle accru des autorités russes sur les réseaux sociaux et Internet en général. VK affirme toucher plus de 90% de l’audience de l’Internet russe.

« USM détenait un bloc d’actions de VK via sa participation (à hauteur de 45%) au capital de MF Technologies, qui contrôle 57,3% des parts » de VK, a indiqué USM dans un communiqué, « tout ce bloc d’actions a été vendu au groupe Sogaz. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé ». Dans un communiqué laconique, Sogaz affirme avoir « approuvé » cette transaction. L’empire d’Alicher Ousmanov, qui avait un temps également investi dans Facebook, affirme ainsi vouloir désormais se concentrer sur ses activités dans la métallurgie et les télécoms.

Le « Tik Tok russe »

Fin novembre, Sberbank avait déjà annoncé avoir vendu 36% de ses parts de MF Technologies à Gazprombank, la banque du groupe gazier, ce qui rend le contrôle sur VK du groupe presque complet. Gazprom est souvent l’instrument de la mise de l’Internet russe sous la coupe des autorités. Lundi, son bras médiatique Gazprom Media a lancé le « Tik Tok russe ». Gazprom Media est dirigé par Alexandre Jarov, ancien directeur du régulateur russe des télécoms Roskomnadzor, à l’origine notamment du blocage raté de la messagerie cryptée Telegram en Russie.

Le groupe VK dispose des réseaux sociaux VKontakte et Odnoklassniki, de la messagerie Mail.ru, ainsi que des jeux vidéo, des services de transport, de paiement et de livraison. Les autorités ont renforcé ces dernières années le tour de vis sur l’Internet russe au nom de la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme. L’opposition dénonce en revanche une tentative de maîtriser le débat politique et d’étouffer les voix trop critiques. Les amendes contre Twitter, Google ou Apple se multiplient. Lors des élections législatives de septembre, Apple et Google ont accepté de supprimer de leurs boutiques en ligne en Russie l’application de l’équipe de l’opposant emprisonné Alexeï Navalny, donnant des consignes de vote destinées à battre les candidats du Kremlin.

Bouton retour en haut de la page
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom
[Reportage] Coliving : dans les coulisses de La Casa
Zendesk Forum Paris : L’art de réinventer la relation client
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
Comment Rosaly veut démocratiser l’acompte sur salaire en France
[Silicon Carne] AgTech : le futur de la food
[Série F] Contentsquare lève 600 millions de dollars et double sa valorisation à 5,6 milliards

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media