Data RoomRetail & eCommerce

LeLivreScolaire.fr, l’enseignement 2.0

Lancé en mai dernier, LeLivreScolaire.fr ouvre un nouvel univers collaboratif aux 6000 professeurs et élèves déjà adeptes de son offre papier-numérique pour les manuels scolaires.

La société a édité deux premiers livres scolaires en versions papier traditionnelles mais la nouveauté réside dans leurs modes de conception et leurs versions numériques.
Les manuels sont écrits en mode collaboratif par des dizaines d’enseignants et sont disponibles gratuitement sur le site sous licence Creative Commons. L’entrée de l’esprit  « monde du libre » dans le marché très juteux de l’édition scolaire !

Ils sont structurellement interactifs et peuvent servir de base au cours pour peu que les classes soient équipées d’une connexion internet et d’un vidéoprojecteur. Chaque professeur peut les personnaliser à volonté, chaque élève peut y accéder à domicile. Des exercices associés sont proposés sur le site et peuvent être corrigés directement online par l’enseignant.

Actuellement, 500 professeurs en France travaillent à l’écriture de 5 nouveaux livres scolaires pour la prochaine rentrée. Le modèle de la société repose sur la vente physique des livres à des prix proches voire inférieurs à ceux du marché. Toute la plateforme numérique est accessible gratuitement.

Entretien avec Erik Von Rompay, Président et Raphaël Taïeb, co-fondateur et Responsable Communication de LeLivreScolaire.fr

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
LeLivreScolaire.fr, l’enseignement 2.0
[Livre Blanc] 6 raisons d’adopter le PIM dans sa stratégie de vente omnicanale
[Livre Blanc] Étude : Les 4 tendances clés des PME
Mira Beauty: comment cette startup californienne a-t-elle inventé l’enseigne du futur?
Après avoir surfer sur le boom du e-commerce, la startup polonaise InPost s’apprête à entrer en Bourse
[Livre Blanc] 5 étapes pour réaliser un benchmark concurrentiel
Pourquoi les marques de beauté devraient accorder plus d’attention au « social selling »