ActualitéBusinessTech

Les API: un enjeu business pour 2013?

Éléments complémentaires à un service ou coeur de la monétisation des startups, les API sont une tendance à suivre cette année. Quid du business model… publiques/privées… Top 10 des applications innovantes… Zoom sur un marché en pleine croissance.

[h4]C’est quoi, une API ?[/h4]

Une API (Application Programming Interface) est une interface de programmation qui permet à des développeurs tiers d’accéder aux données ou aux fonctionnalités d’une application de façon contrôlée (comme le bouton « like » de Facebook, par exemple). Le choix d’ouvrir une API devient stratégique puisque les partenaires tiers peuvent venir plusfacilement enrichir l’offre de services, et par conséquent, l’expérience utilisateur.

Une API peut être publique ou privée. La première expose les données à tous les développeurs qui le souhaitent, tandis que la seconde n’est accessible que par les développeurs internes ou les partenaires sélectionnés. Cette dernière permet en général aux plus petites entreprise d’échanger avec leurs fournisseurs ou leurs clients.

Les raisons de fournir une API à son service web sont multiples : source de revenus, économies, gain de notoriété du service, création d’un écosystème, innovation, etc. On se souvient de Twitter qui, l’été dernier, avait nettement restreint son interface aux développeurs.

[h4]Les API en chiffres[/h4]

  • Il existe aujourd’hui plusieurs milliers d’API publiques et privées.
  • Près de 60% de l’activité de Twitter se fait aujourd’hui via son API
  • 50 % des transactions sur Salesforce sont réalisées par le biais d’API
  • La réservation d’un hôtel ou un billet d’avion sur Expedia se fait exclusivement par des API

[h4]Business model des API[/h4]

Il existe 3 grands modèles de monétisation des API, comme l’explique Olivier Ezratty, expert FrenchWeb et consultant en nouvelles technologies.

Le premier, freemium, donne accès à des fonctionnalités correspondant aux attentes de la plupart des utilisateurs. Il contient cependant des publicités ou éléments non sollicités par l’utilisateur, et doit pousser l’utilisateur à se tourner rapidement vers une version plus performante du service, payante cette fois-ci.

Le second, payant, consiste à facturer l’utilisateur de l’API qui utilise le service web du fournisseur, selon la fréquence et le volume d’utilisation du service. L’utilisateur de l’API peut soit payer un forfait (contenant des crédits, consommés selon l’utilisation du service fourni), soit payer l’utilisation du service selon la consommation qu’il en est faite, avec des prix dégressifs lorsque les volumes augmentent, soit payer un abonnement (utilisation illimitée sur une durée de temps déterminée). Le modèle payant répond à des exigeances en terme de sécurité, et correspond en général à des services regroupant des data en volume.

Le troisième, l’affiliation, permet d’effectuer des transactions payantes entre utilisateur de l’application et fournisseur de l’API. Le développeur d’application, jouant le rôle d’intermédiaire, se verra reverser une participation par le fournisseur d’API. Il touchera ainsi soit une commission sur les ventes, une commission à la visite, une commission au lead ou une commission en fixe.

[h4]Top 10 des API à suivre[/h4]

FrenchWeb a sélectionné 10 API à suivre de très près en 2013:

  • VoIP : Twilio

Ouvert depuis peu aux développeurs français, la start-up Californienne Twilio propose une API dédiée aux communications et plus particulièrement au téléphone et aux sms. Elle permet aux développeurs de créer des fonctionnalités poussées de communication. Parmi ses utilisateurs: Airbnb, qui l’utilise pour permettre aux propriétaires de téléphoner à leurs clients directement via leur plateforme, ou encore eBay qui se base sur l’API pour gérer l’envoi de sms à leurs clients.Banque: Axabanque

  • Banque : Axabanque

Axabanque a décidé l’an dernier d’ouvrir son API pour permettre aux développeurs externes de créer des applications utilisant les données bancaires des clients AXA Banque qui les y auront autorisées.

  • Objets connectés: Withings

La balance connectée Withings dispose d’une API qui permet à d’autres applications de récupérer les données collectées. C’est notamment le cas de RunKeeper Pro.

  • Photos : Snipshot

SnipShot propose des fonctionnalités d’édition photo via son API. Elle prend en charge des images jusqu’à 10 Mo ou 25 millions de pixels et les traitent suivant la demande des utilisateurs et les renvoies finalisées.

  • Email : Sendgrid

Sendgrid est une solution d’envoi d’email transactionnel. Elle intègre de nombreuses fonctionnalités comme le test des envois via Spam Assassin, l’analyse de résultats pour chaque campagne ou encore la gestion de mails entrants.  La formule gratuite prévoit l’envoi de deux cent e-mails par jour.

  • Notifications mobiles : Urban Airship

Urban Airship propose des outils qui permettent aux développeurs et aux entreprises d’ajouter de façon simple et rentable des notifications en mode push pour permettre les achats et les souscriptions d’abonnement au sein d’applications mobiles. Depuis sa création en 2009, Ele revendique la prise en charge de plus de 65 000 applications et la transmission de milliards de messages à des centaines de millions de terminaux mobiles.

  • Musique : Gracenote

Gracenote a récemment dévoilé un certain nombre d’API dédiées au développement de nouvelles applications de musique. Les développeurs peuvent ainsi utiliser ces ressources pour identifier la musique grâce à la prise d’empreintes digitales audio et accéder à des métadonnées supplémentaires sur la musique. Gracenote contient des informations sur près de 130M de chansons.

  • Voyages : SNCF

L’API Open Data de la SNCF, encore en version beta, fait suite au hackathon organisé avec des développeurs et des clients autour de la conception d’une application qui pourrait éventuellement changer la manière de voyager. A la suite de cette consultation, le portail http://data.sncf.com/ a été créé pour fédérer une communauté autour de ces idées, d’y exposer des données disponibles et de faire remonter les suggestions des développeurs, par exemple sur les formats des données et les questions de modélisation.

  • Jeux vidéos : Youtube

Youtube a lancé fin mars une nouvelle API destiné aux développeurs de jeux vidéo. Cette nouvelle interface, dont l’objectif est de faciliter le processus d’intégration de vidéo sur sa plateforme, devrait permettre aux développeurs de mettre en ligne un flux vidéo depuis une partie en cours, la plateforme se chargeant d’encoder la vidéos en temps réel.

  • Cartes cadeaux : Gyft

L’américain Gyft, spécialiste des cartes cadeaux sur mobile, a lui aussi annoncé il y a quelques jours la disponibilité de son API. Cette dernière permet aux développeurs d’intégrer des cartes cadeaux sur les sites Web, des applications ou d’autres services, comme récompenses de jeux.

Drivé par les poids lourds du web (Amazon, Facebook, Twitter, Salesforce…), le marché des API n’est donc aujourd’hui plus réservé aux entreprises technologiques et dans chaque secteur, les entreprises s’intéressent au phénomène et à ses enjeux business. Un écosystème en constante évolution, qui ne devrait pas se stabiliser de si tôt.

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

7 thoughts on “Les API: un enjeu business pour 2013?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This