ActualitéLes levées de fondsStartup

Augment lève 220 000 euros pour s’attaquer au marché US

Fondée par Jean-François Chianetta, Cyril Champier et Mickael Jordan, la start-up Augment, spécialisée dans la réalité augmentée, vient de boucler une première levée de fonds de 220 000 euros.

Le tour de table a été réalisé auprès d’une série de business angels dont Olivier Mathiot (co-fondateur de PriceMinister), Nicolas Vauvillier (ex-COO LeGuide) ainsi que Laurent Therezien et Tristan Vyskoc, qui ont également récemment injecté des fonds dans le nouvel accélérateur TheFamily.

Membre de la troisième promotion du Camping, la start-up a mis au point une application de réalité augmentée. La jeune pousse a notamment noué un partenariat, en septembre 2012, avec la place de marché d’art numérique Curioos.

Ainsi, à lʼaide dʼun smartphone ou dʼune tablette, l’internaute peut directement visualiser et intégrer une affiche dans son intérieur avant de la commander. Le futur acheteur peut également redimensionner et déplacer une œuvre à sa guise tout en respectant lʼéchelle exacte des formats proposés sur le site. Un dispositif qui permet donc d’éviter quelques déceptions.

Cette augmentation de capital a permis à Augment d’étoffer ses effectifs. La start-up compte désormais 8 collaborateurs et entend s’attaquer au marché américain, précise le site Rude Baguette qui relaie l’information.

En octobre dernier, Frenchweb avait suivi Augment lors du

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Augment lève 220 000 euros pour s’attaquer au marché US
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?