AsieBusinessComCyrille FrankLes ExpertsMedia

Les instruits toujours mieux informés, pour les autres, il y a Facebook et Hanouna

En 2010, je dénonçais l’apparition de chapelles d’information réservées aux élites instruites, les «ghettos culturels» de riches. Sept ans plus tard, l’inégalité d’accès à l’information s’est encore accentuée.

L’information de qualité est désormais sous clef

L’ère du tout gratuit de l’information a vécu, avec la fin du mythe du financement unique par la publicité. Il ne reste guère plus que quelques titres en ligne comme 20 minutes qui proposent un accès entièrement gratuit à leurs contenus.

En France, 95% de quotidiens et hebdos sont passés en payant ou en modèle mixte (une partie des articles gratuits, une partie payante). C’est ce que révèle cette étude 2017 du Reuters Institute.

Le problème est que les contenus les plus riches, les plus profonds, les plus enrichissants sont désormais inaccessibles au plus grand nombre. Ceux qui ne comprennent pas forcément la valeur de l’information n’y ont pas accès, car ils ne paient pas. Et oui, les pratiques culturelles dépendent beaucoup de leur niveau d’instruction.

inegalites-culturelles

Que reste-t-il aux moins instruits? Ces 15 à 30% en difficulté de lecture par exemple. Il leur reste les journaux télévisés superficiels et dominés par des logiques d’audience qui les poussent à des hiérarchies bancales. Des émissions «d’infotainment», qui virent de plus en plus à la farce grossière, telle l’émission «Touche pas à mon poste» de Cyril Hanouna. Des blogs ou vlogs de «fakes news» et autres sites alternatifs de «réinformation», qui jouent sur la peur et l’ignorance pour raconter n’importe quoi…

Il reste aussi Google news et désormais Apple news sur mobile qui sont un agglomérat d’infos chaudes sans aucun contexte, ni explication, sauf exception.

Un phénomène grave qui mine la confiance des lecteurs en leur médias, en leurs institutions et en la démocratie.

Plus besoin de journal: il y a Facebook et Google

Mais il faut bien que les journaux financent leur production éditoriale, et les journaux papiers d’antan n’étaient pas gratuits (sauf justement les gratuits financés par les petites annonces) – que je sache!

C’est vrai, mais entre temps, l’écosystème de l’information a radicalement changé et a démoli une bonne partie de la motivation d’achat des journaux.

La génération des baby-boomers lisait la presse pour plusieurs raisons.

1-D’abord c’était un vecteur de socialisation incontournable, surtout en région, pour savoir ce qui s’était passé. Les journaux étaient le principal «carburant social», qui fournissaient les sujets de conversation au bistrot ou à la machine à café.

Les sites d’information en ligne et les blogs ont dans mis fin à cette hégémonie sur l’information (surtout en local), au début des années 2000. Ceci a porté un coup sévère à l’une des motivations d’achat de journaux, en détruisant la rareté de l’information.

Mais ce n’était qu’un début. Avec l’apparition des réseaux sociaux et de Facebook en particulier, cela s’est sérieusement aggravé. C’est désormais Facebook qui joue ce rôle social en rassemblant sur une même plateforme, sujets et outils de la conversation.

Les journaux, eux, continuent d’y publier massivement leurs contenus pour gagner une audience qu’ils monétisent très mal, et qui fait surtout le jeu de Facebook. Pour rappel, Facebook et Google captent 85% des budgets publicitaires sur Internet, comme le montre le dernier rapport de Mary Meeker.

DECJk-kWsAEDuXy

Pour plagier Gary Lineker, on peut dire que «les réseaux sociaux sont un jeu qui se jouent à des milliers, et c’est Facebook qui gagne à la fin».

2-Ensuite, Google et les sites spécialisés ont fait voler en éclat la motivation d’achat pratique de la presse. On achetait aussi un canard pour trouver les horaires de cinéma, la météo, les petites annonces… Le journal était autant un guide pratique, qu’un instrument pour s’informer. Or, depuis l’irruption d’Internet et de Google, ces services sont accessibles gratuitement en quelques secondes, et de manière beaucoup plus complète sur leboncoin.fr, allocine.fr et autre opodo.fr.

3-Idem pour la troisième motivation d’achat (sur les 4P du motivation-mix, comme je l’appelle): se faire plaisir, s’amuser, jouer… Les pures-players, financés par la publicité comme pourepeople.fr, ont mis un coup de frein à la rareté de l’info people. Les jeux en ligne et les applications mobile ont concurrencé très fortement les mots-croisés, quiz, sudoku… du papier.

4-Quant à la dernière motivation: apprendre, comprendre, progresser… C’est une motivation là encore très socio-dépendante. Les instruits en savent l’énorme intérêt – différé dans le temps – les autres s’y refysent (parce qu’ils ont des arbitrages compliqués à réaliser! Aller en vacances, apporter un eu de plaisir et de valorisation sociale à mes enfants (d’où les Nike à 100 euros des familles pauvres que ne «comprennent» pas les riches…)

Mort du cyber-flâneur et bulles de filtres

Quel rapport avec le moindre accès à l’information des classes populaires? Et bien, le journal les mettait en contact, par sa polyvalence, avec des informations qu’ils n’auraient sans doute pas choisies spontanément.

C’est ce qu’a réussi à faire très longtemps Le Parisien du temps de ses grands tiragesLe quotidien parvenait à diffuser des clés de compréhension du monde, entre deux faits divers et infos people. L’air de rien, par la bande.

Tout comme Ikea nous vend des épluches-légumes design dont nous n’avons que faire, parce qu’ils sont sur nôtre trajet – jolis et pas chers.

Aujourd’hui, Google nous enferme dans nos propres recherches utilitaires, c’est la fin du cyberflâneur, nous ne regardons que ce que nous sommes venus chercher.

Facebook, lui nous enferme d’abord dans le choix de nos amis, puis rapidement, dans nos propres choix. L’algorithme nous ressert des contenus en rapport avec ce que nous avons consulté auparavant. C’est la fameuse bulle de filtres, dont on a beaucoup parlé durant la présidentielle, et qui rétrécit notre horizon à la tribu, et à nos choix préalables.

On peut, comme Frédéric Cavazza, accuser les gens eux-mêmes de leur médiocrité. J’estime au contraire que ces nouvelles plateformes renforcent les inégalités sociales initiales, liées à une différence d’instruction. Une trahison terrible des espoirs d’ouverture, d’égalité et d’émancipation qu’offraient les nouvelles la technologies de l’information.

Le service public doit se réformer!

Puisque la publicité ne peut plus financer l’information des pauvres et moins-instruits, il reste à financer cette information par l’impôt.

C’est l’objet des aides de l’Etat à la presse qui financent le pluralisme de l’information politique et général. Sauf que ces aides sont plus devenues un dispositif de soutien à l’emploi des entreprises de presse (papier), qu’un réel vecteur de diversité de l’information, ou de soutien à l’information de qualité.

Il faut donc revoir dans un premier temps les critères d’attribution de ces aides, et diversifier les récipiendaires qui peuvent y prétendre. Notamment en augmentant le montant des aides (indirectes) attribuées aux pure-players qui proposent de l’information de qualité. Il ne s’agit pas de sauver des journalistes, mais bien de sauver le journalisme!

Ensuite, cela passe par la télévision, qui reste le mode d’information principal des Français (48%) et qui doit monter encore en qualité. Des progrès ont été faits sur les débats télévisés sur France 2. La chaîne publique fait désormais appel à des experts, utilise enfin le fact-checking en temps réel comme je le réclamais dès 2012, essaye d’améliorer sa pédagogie…

l

Mais on est encore loin d’un niveau satisfaisant des débats, encore trop axés sur le spectacle et la polémique. Pourquoi entrer dans le jeu des politiques qui décident des sujets dont on doit discuter?  «L’agenda setting» de Mc Combs et Shaw est désormais beaucoup plus décidé par les politiques que les médias. Non, la «crise des migrants» n’est pas un sujet prioritaire en France! Non l’insécurité n’a pas explosé, inutile d’en faire des tonnes!

Pourquoi rebondir sur la première polémique, la petite phrase, le débat à quatre sous qui ajoute du bruit aux vraies questions? Pour faire de l’audience publicitaire et limiter l’augmentation de la redevance? Sans soute.

Il y a certes un équilibre compliqué à trouver entre agrément et profondeur, car si vous ne faites que de la profondeur, les classes populaires iront voir TF1. Du point de vue de l’audience, David Pujadas laisse un très bon bilan.

Mais, pour moi il a trop joué l’émotionnel au détriment de l’explication, la pédagogie, la contextualisation, le fond. C’est donc une victoire à la Pyrrhus. Un peu comme lorsque la droite fait barrage au FN en utilisant ses arguments xénophobes.

Enfin, ces mêmes logiques d’audience doivent aussi être repensées sur les sites Internet du service public, qui informent désormais un quart des Français (en hausse de cinq points sur un an).

Là encore, la course au buzz doit céder la place à la hiérarchie, la vérification, l’enquête… Avec pédagogie, dans des formats attrayants, impactants, clairs

Evidemment, cela représente un coût par les moindres rentrées publicitaires. Mais il y a par ailleurs tellement d’économies à réaliser sur la production télévisuelle publique!

Il y a encore bien d’autres solutions à envisager pour améliorer la qualité de l’information du plus grand nombre. Une chose est sûre: l’accentuation des inégalités d’accès à l’info de qualité s’accentue. C’est une mauvaise nouvelle pour la cohésion sociale et la démocratie.

[tabs][tab title= « L’expert »]

cyrille frankCyrille Frank est journaliste. Fondateur de Mediaculture.fr et Quoi.info («l'actualité expliquée», devenu «ça m'intéresse»), il accompagne les médias dans leur mutation numérique. Formateur en marketing de contenus, stratégie éditoriale (augmentation de trafic, fidélisation, monétisation d’audience) et en usages des réseaux sociaux (acquisition de trafic, engagement…).

 

[/tab]

[/tabs]

 

Tags

Les Experts

Les Experts sont des contributeurs indépendants de FrenchWeb.fr.

Sur le même sujet

1 thought on “Les instruits toujours mieux informés, pour les autres, il y a Facebook et Hanouna”

  1. Bonsoir,

    Merci pour cet publication qui confirme ce que je perçois depuis une dizaine d’années. J’ai souvent alerté sur la baisse de qualité visible de l’information, de l’éducation et de l’accès à la connaissance en général au sein de nos sociétés, sans succès… On voie bien que depuis le tournant des années 70, on a tourné le dos à 200 ans de progrès sociale qui ont permis aux individus de s’enrichir continuellement en terme de savoir, d’idées et d’organisation de vie. Pourquoi ? Il y a eu beaucoup de thèses énoncés ces dernières années depuis le choc économique de 2007-2008 dont le plus gros en terme de conséquence systématique est encore à venir…On a beaucoup parler du choc pétrolier de 1973-74 qui n’est en faite que la conséquence directe du pic de production de pétrole des états-unis de 1970 entraînant un an plus tard la fin de la convertibilité du dollar en or et mettant fin à l’époque des 30 glorieuses sous l’égide des accords de Bretton Woods de 1944. Bref, Tout détailler ici prendrai trop de temps et d’écrits et risquerai de trop nous éloigner du sujet initial.

    Sachez que j’apporterai quelques nuances à votre article. Tout d’abord je ne vois pas le rapport entre le niveau d’instruction et les pratiques culturelles tels que le théâtre et le musée et encore moins le cinéma. L’utilisation de plus en plus importante des effets spéciaux et l’appauvrissement du contenu transformant de plus en plus les acteurs en simple figurants de façades au déprimant de tout ce que le 7éme art pouvait apporter fait que celui-ci n’est plus que l’ombre de lui-même.

    De même, pourquoi ne pas dénoncer l’importance du monopole de l’information par l’oligarchie financière dont 5 milliardaires détiennent désormais la quasi totalité des médias français. Patrick Drahi possède par exemple l’Express et Libération qui ont pourtant traditionnellement des opinions politiques opposées. Et comment s’étonner de la perte de vitesse de la presse écrite dont les lecteurs ne voient plus l’intérêt de lire des orientations similaires assimilés à juste titre à du bourrage de crane et à de la propagande pur et simple.

    Quel avenir pour le métier de journalisme ? La nouvelle tendance mode BFM TV, cloîtrant ses équipes dans les bureaux à scrutant les enquêtes de sondages, les comptes Tweeters et se contentant de retranscrire le dépêches de l’AFP. Que devient le vrai journalisme traditionnel d’investigation et de terrain de mon héros d’enfance (Tintin).

    Accuser la base de non-instruction et l’accuser de saboter la démocratie en embrasant les théories Xénophobes, n’est- ce pas une preuve du déclin d’objectivité des élites soit-disant instruites, qui ne sont plus capable de percevoir et de comprendre les causes profondes nécessaires à la compréhension des conséquences. Elles qui ont promu le culte de l’individualisme comme horizon indépassable, comment peuvent-elles s’étonner que les individus en viennent à rejeter leurs fautes par soucis de valorisation et de maintien de position sociale sur leur prochain et sur ses mêmes élites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This