ActualitéRetail & eCommerce

LivingSocial se sépare de 20% de ses effectifs

C’était l’une des étoiles montantes de l’achat groupé sur Internet aux côtés de Groupon : LivingSocial a annoncé qu’il allait réorganiser ses activités, ce qui se traduit par le licenciement de 20% de ses effectifs totaux, soit 400 postes. Les emplois concernés sont ceux dédiés aux ventes à Torrance, en Californie.

« Les actions d’aujourd’hui visent à créer un modèle de vente plus rationnel et plus efficace qui permettra à l’entreprise de financer les zones de croissance – à savoir la technologie, la data science et mobile » déclare Gautam Thakar, le PDG qui a pris ses fonctions en août dernier. En octobre 2013, LivingSocial avait fait évoluer son modèle économique. Il avait délaissé les offres quotidiennes envoyées par e-mail pour s’orienter vers une marketplace proposant des « deals » permanents.

« Cette réorganisation répond à la nécessité pour l’entreprise de se concentrer davantage sur la refonte de sa mission et de redéfinir le marché dans une industrie qui est stagnante, et trop dépendante des e-mails. (…) Nous nous sommes engagés, pour plusieurs années, à bâtir une entreprise durable qui réponde mieux aux besoins de nos millions de clients et milliers de marchands » a poursuit M. Thakar.

Au troisième trimestre, LivingSocial, dont un tiers du capital est détenu par Amazon, a publié une perte nette de 32 millions de dollars, pour 64 millions de dollars de chiffre d’affaires.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Bouton retour en haut de la page
LivingSocial se sépare de 20% de ses effectifs
Redressement judiciaire pour Sigfox, à la recherche de nouveaux acquéreurs.
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange