ActualitéAmérique du nordBusinessRetail & eCommerce

Malgré des licenciements, Vroom s’apprête à lever 70 millions de dollars

Le récent plan de licenciement de Vroom ne semble pas avoir ralenti l’entreprise américaine spécialisée dans la vente de voitures d’occasion en ligne. Comme le révèle TechCrunch, la société est en train d’effectuer un tour de table afin de lever 70 millions de dollars. Et elle serait déjà parvenue à sécuriser 30 millions de dollars d’investissement.

En mars, on apprenait que l’entreprise fondée en 2013 souhaitait se défaire de 25 à 50 % de sa masse salariale. Depuis, elle n’a pas communiqué sur le nombre précis de licenciements, mais sur son site son nombre d’employés est passé de 845 à « plus de 600 ». L’entreprise, dont le siège social se situe à New York, a aussi fermé ses bureaux situés au Texas et en Indiana.

320 millions de dollars levés depuis sa création

Malgré cette coupe, l’entreprise qui doit faire face à des concurrents comme Carvana ou Shift Outre-atlantique, ne semble pas avoir perdu la confiance des investisseurs. Elle avait expliqué que son activité était « saine » et « financièrement stable » et qu’il s’agissait d’ajuster sa stratégie pour se concentrer davantage sur sa rentabilité. D’ailleurs, Shift avait aussi licencié 10 % de sa masse salariale en janvier 2017 avant d’effectuer quelques mois plus tard un tour de table de 38 millions de dollars mené par BMW.

Ces réajustements sont tout de même symptomatiques d’un secteur gourmand en capitaux et dont les entreprises semblent avoir du mal à trouver un business model viable. Plusieurs y ont d’ailleurs laissé des plumes. Cela a par exemple été le cas des britanniques Hellocar et Carspring qui ont toutes les deux fermées leurs portes l’année dernière. Vroom ne se contente pas de mettre en relation vendeurs et acheteurs, mais achète les voitures, les reconditionne et les revend.

Depuis sa création, l’entreprise a levé 320 millions de dollars auprès d’investisseurs comme General Catalyst Partners, T. Rowe Price Associates ou encore Jeffery Boyd (le président de Priceline). En juillet 2017, elle avait atteint une valorisation de 655 millions de dollars.

Tags
Plus d'infos

Innocentia Agbe

Journaliste @FrenchWeb.fr et @LeJournaldesRH Merci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction@frenchweb.fr

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer