ActualitéBusinessTech

Malgré la crise, Twitter fait mieux que prévu au premier trimestre

AFP

Twitter a fait part jeudi de résultats trimestriels meilleurs que prévu au premier trimestre 2020 mais a vu ses revenus publicitaires stagner et a enregistré une perte nette avec la crise liée au coronavirus. Avec un chiffre d’affaires de 808 millions de dollars entre janvier et mars, en hausse de 2,7% sur un an, l’entreprise a dépassé les attentes des analystes, qui tablaient sur 783,5 millions de dollars. La croissance des revenus a toutefois été limitée par les recettes publicitaires qui ont à peine progressé en rythme annuel, en s’établissant à 682 millions de dollars (+0,4%).

Twitter a souligné que le trimestre devait être décomposé en deux périodes distinctes: de janvier à début mars où les performances ont été plus ou moins conformes aux anticipations, et de début mars à la fin du trimestre, où la propagation mondiale de la pandémie a lourdement pesé sur l’activité publicitaire. Comme ses concurrents, Twitter tire la majorité de ses revenus de la publicité, un secteur durement touché par les répercussions économiques du coronavirus. Jack Dorsey, le patron et fondateur de Twitter, a assuré que l’objectif de la plateforme était d’être une ressource utile à l’heure du « Grand confinement. »

« Je n’ai jamais été autant convaincu de la valeur que Twitter apporte aux gens à travers le monde », a-t-il affirmé lors d’une conférence téléphonique avec des analystes. « Nous aidons le monde à rester informé et offrons aux gens un moyen unique de se rassembler ou simplement de se divertir », a également indiqué M. Dorsey dans une lettre aux actionnaires. Le réseau social a affiché une perte nette d’un peu plus de 8 millions de dollars sur le trimestre, alors qu’il avait dégagé un profit de 190 millions de dollars au premier trimestre 2019. Hors éléments exceptionnels et rapporté par action, le bénéfice est de 11 cents, proche des attentes des analystes (10 cents). A Wall Street, l’action de l’entreprise baissait de plus de 6% dans les échanges électroniques précédant la séance après avoir pourtant bondi à la publication des résultats.

Plus d’usagers 

Le nombre d’usagers quotidiens « monétisables » a lui grimpé à 166 millions, en hausse de 24% par rapport à la même période l’an dernier. Il s’agit d’un bond de 14 millions de personnes par rapport au dernier trimestre 2019. Twitter considère comme « monétisables » ses utilisateurs pouvant être exposés à de la publicité sur sa plateforme ou ses applications.

Pour Jasmine Enberg du cabinet eMarketer, les résultats de Twitter sont « une surprise positive ». « Des mois de janvier et février solides ont été suffisants pour compenser en partie les forts déclins des revenus en mars », a jugé l’experte. « Mais le modèle publicitaire de Twitter repose lourdement sur les grands événements et la suspension des principales ligues sportives en mars ont affecté les résultats et continueront de le faire tant que les mesures de distanciation et de confinement resteront en place », a-elle précisé.

L’entreprise avait retiré le mois dernier ses prévisions financières pour l’année en raison de l’impact économique du Covid-19. Jack Dorsey avait pour sa part annoncé début mars reconsidérer son projet de passer une partie de l’année en Afrique, quelques jours après des articles de presse indiquant que le fonds d’investissement Elliott Management cherchait à l’évincer.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Malgré la crise, Twitter fait mieux que prévu au premier trimestre
1 Français sur 10 envisage un nouveau projet immobilier suite au confinement
Nokia et la NASA veulent installer le premier réseau de téléphonie mobile sur la Lune d’ici fin 2022
Malgré son activité cloud, IBM affiche des revenus en baisse pour le troisième trimestre d’affilée
Face à Samsung, SK Hynix rachète l’activité de puce-mémoire NAND d’Intel pour 9 milliards de dollars
Quelle place pour Salto, la plateforme de streaming de TF1, France Télévisions et M6, face à Netflix ?
Moment devient Dimpl et lève 4 millions d’euros auprès d’Elaia, Idinvest et Bpifrance