ActualitéInvestissementsMarseilleStartupTech

[Marseille] L’accélérateur P.Factory recherche de nouvelles start-up, l’atelier Goûter du Code…

[tabs] [tab title= « L’actualité du moment : Traxens, lève 1,4 million d’euros pour son conteneur connecté »]
traxens-logoLe fond d’investissements Traxens vient d’investir pour développer le marché du SMART CONTAINER. Cette ouverture de capital fait suite à un premier tour de table auquel avait notamment participé la CMA CGM, troisième armateur mondial de transport maritime en conteneurs, dont le siège social est aussi situé à Marseille.

Selon les dirigeants de Traxens, ce sont près de 40% des conteneurs, 33 millions en circulation, qui arrivent en retard. Loin d’être un simple gadget à l’aube du tout connecté, les petits boitiers intelligents et communicants vont permettre de collecter en temps réel des informations précieuses «racontant» la vie du conteneur (localisation, température, poids, soumission à des chocs, ouverture frauduleuse).

Conçue en partenariat étroit avec la CMA CGM, la technologie se veut néanmoins ouverte à tous les acteurs de cette supply chain. Son ambition est de devenir la plateforme de référence mondiale pour le suivi de conteneur.
[/tab] [/tabs]

[tabs] [tab title= « L’interview du mois: rencontre avec Bertrand Bigay, Directeur Général P.FACTORY »]

Guillaume Gimbert: Bonjour Bertrand. Tour à tour, serial entrepreneur (Cityvox, LCM), business angel et conseiller en investissement, quelles ont été vos motivations dans la création en juin 2014 de P.Factory, le premier accélérateur de start-up en Provence?


Bertrand Bigay 2 lightBertrand Bigay: La création de P.Factory repose sur un constat simple: comme entrepreneur, je n’ai pas eu l’accompagnement qui m’aurait permis de donner à Cityvox une dimension internationale. Comme business angel, nous avons souvent rencontré des projets qui n’étaient pas financés parce qu’ils manquaient de validation ou des projets financés qui n’auraient pas du l’être car il s’est vite avéré que les entrepreneurs avaient du mal à faire face aux difficultés. Avec P.Factory, nous sommes aux côtés des entrepreneurs de la Région PACA pour les aider à développer plus vite leur entreprise et aux côtés des financeurs pour les aider à financer les meilleurs start-up régionales. Notre travail au quotidien porte sur la formation au «métier d’entrepreneur», sur l’aide au développement du chiffre d’affaires, à la structuration pour gérer la croissance, au financement ou à l’internationalisation.

Après un peu plus d’une année d’activité, quel premier bilan chiffré pouvez-vous tirer? Quels sont par ailleurs, vos objectifs de développement et de croissance pour l’année à venir?

LOGO PFactory BDQuarante entreprises ont intégré P.Factory, à des stades de développement différents et avec des besoins d’accompagnement différents. Six ont déjà la traction suffisante qui leur a permis de lever des fonds pour accélérer la croissance. Nous en avons déjà annoncé quatre : Calea, Buyco, Royal App Force et AM Solutions. Deux autres seront annoncées prochainement, pour des montants supérieurs à un million d’euros. Notre objectif est d’intégrer environ 30 nouvelles start-up par an, car la dynamique de groupe est un élément clé de notre accompagnement.

Les start-up peuvent parfois être désorientées par la multiplication des structures proposant de l’accompagnement dans leur phase de création et de croissance. Comment se positionne P.Factory sur cet échiquier? Quelle est la portée du partenariat noué avec TheFamily?

P-FactoryNotre accompagnement est fondé sur l’expérience des 42 entrepreneurs actionnaires de P.Factory, qui est une structure 100% privée. Ce dont nous parlons, nous l’avons vécu nous-même. Nous sommes également à même d’investir et de mobiliser des investisseurs quand l’entreprise a fait ses preuves et doit financer sa croissance. En revanche, nous ne proposons pas d’hébergement pour nos start-up car nous souhaitons mobiliser tous nos moyens sur l’accompagnement.

Nous avons un excellent partenariat avec TheFamily, qui permet à nos start-up de bénéficier de nombreux avantages réservés par TheFamily à ses propres start-up. TheFamily peut également prendre le relais sur l’accompagnement lorsque nous atteignons nos propres limites. Disons que nous faisons l’accompagnement «au quotidien» pour les start-up de PACA, et TheFamily apporte une dimension premium pour les plus avancées.

En février prochain, seront sélectionnées les start-up intégrant l’academy de P.Factory (quatrième session). Quels conseils et recommandations pourriez-vous donner aux candidats pour augmenter leur chance d’être retenus?

L’entreprise doit déjà être créée. Après, nous partons de l’idée que personne ne détient de vérité. Quand j’entends des gens qui disent de telle ou telle société «j’y crois» ou «je n’y crois pas», je suis admiratif. A P.Factory, notre seule certitude est que nous ne savons pas et qu’il faut essayer. A partir de là, nos critères de sélection sont le besoin, l’équipe, l’ambition et les attentes. La start-up s’attaque-t-elle à un besoin réel? L’équipe a-t-elle les compétences pour s’attaquer à ce problème? Le projet est-il ambitieux? Quelles sont les attentes vis-à-vis de P.Factory et saurons nous y répondre? Si cela n’est pas le cas, nous préférons ne pas intégrer la start-up car nous ne voulons que des entrepreneurs satisfaits de notre accompagnement. Ce qui semble être le cas jusqu’à présent !

[/tab] [/tabs]

[tabs] [tab title= « La bonne adresse du mois : L’atelier Goûter du Code »]
Atelier-goûter-du-codeSigne des temps, les parents rêvent aujourd’hui que leurs enfants soient les nouveaux Mark Zuckerberg et Jack Ma.

Loin d’être une lubie d’une génération hyper connectée (…c’est vrai qu’il faudrait un peu lâcher votre smartphone de temps en temps), l’apprentissage du code pour les plus jeunes est largement encouragé par de nombreuses associations et fondations, notamment l’initiative américaine «The hour of code» lancée par l’ONG code.org).

Voici 4 raisons pour pousser votre fille ou votre fils à s’initier aux joies de la programmation :
atelier-du-code-gouter– C’est devenu un véritable langage universel

– Cela structure la pensée et le raisonnement

– C’est une manière active et positive d’appréhender les nouvelles technologies

– … mais c’est surtout très amusant pour eux

Vous êtes convaincu(e)?

Alors rendez-vous à la Boate (près du vieux port) aux Ateliers Gouter du Code.
Sous l’impulsion des coaches, Laurence, Néry, Caroline et Brice, c’est l’occasion de partager un vrai moment de complicité avec vos enfants. Testé et approuvé.
Prochains ateliers : samedi 21 et 28 novembre, et 5 décembre
Pour s’inscrire, c’est ici!

Lire aussi : [Frenchweb Tour Lyon] Laurence Bricteux : «Il faut sensibiliser les plus jeunes au code»
[/tab] [/tabs]

Tags
EquipAUto

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This