ActualitéAmérique du nordFonds d'investissementInvestissements

Microsoft lance son fonds de capital-risque

A l'instar de nombreux autres géants ou poids lourds du Web, Microsoft lance son propre fonds d'investissement de capital-risque. Par le passé, la firme de Redmond accompagnait déjà de nombreuses start-up via ses programmes d'accélération, connus notamment sous le nom de Microsoft Ventures, comme celui basé en France, à Paris. Mais désormais, ces structures seront rebaptisées « Microsoft Accelerator » afin de laisser la marque « Microsoft Ventures » disponible pour l'activité d'investissement.

Investir dans le cloud

Dans un billet de blog, Nagraj Kashyap, le vice-président corporate du nouveau Microsoft Ventures, annonce avoir créé avec Peggy Johnson une équipe dédié à ce fonds. Celle-ci opérera depuis plusieurs bureaux à San Francisco, Seattle et New York aux Etats-Unis, ainsi qu'à Tel-Aviv en Israël. D'autres antennes devraient voir le jour dans les prochaines années.

Si aucune information n'a été communiquée sur les moyens financiers dont disposera Microsoft Ventures, les équipes indiquent qu'elles s'intéresseront particulièrement aux start-up en phase d'early stage (amorçage) et qui innovent notamment dans le secteur du cloud computing, l'un des axes stratégiques du groupe. Microsoft compte en effet cibler les start-up qui pourront lui permettre d'enrichir sa suite de logiciels.

« Les sociétés qui développent des produits et des services qui complètent l'infrastructure Azure (l'offre cloud de Microsoft, ndlr), qui construisent de nouvelles applications SaaS pour les affaires, promeuvent une informatique plus personnelle en enrichissant les écosystèmes Windows et HoloLens, (…), la productivité des consommateurs, et les produits de communication autour de Office 365, sont des zones intéressantes dans une perspective d'investissement », explique Nagraj Kashyap.

Dans les pas des rivaux

Avec ce nouveau véhicule, Microsoft s'inscrit dans la lignée de plusieurs de ses rivaux. En 2009, Google lançait ainsi Google Ventures, renommé cette année « GV ». Celui-ci a notamment investi dans Uber, la plateforme de publication Medium, l'interface de travail collaboratif en entreprise Slack ou même la start-up de réalité virtuelle Jaunt.

De son côté, le spécialiste des logiciels professionnels en cloud dispose également de son fonds, Salesforce Ventures, lui permettant de prendre des participations dans le spécialiste de la signature électronique DocuSign ou encore la société de planification en entreprise Anaplan. Autant d'acteurs censés compléter son offre de produits et services. En octobre dernier, Salesforce Ventures présentait même une enveloppe supplémentaire de 100 millions de dollars pour les start-up européennes.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Microsoft lance son fonds de capital-risque
Voyage: les résultats trimestriels d’Expedia frappés de plein fouet par la pandémie
Jeux vidéo: les résultats trimestriels d’Electronic Arts dépassent les attentes
La Silicon Valley résiste à la pandémie, affichant des profits insolents
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Copy link