ActualitéData RoomMarketing & Communication

Miser sur l’empathie pour conquérir le web social?

L’essor du web 2.0 marque-t-il l’avènement d’une ère de l’émotion, au détriment de la raison ?

C’est la théorie du fondateur de BuzzFeed, Jonah Peretti. A l’occasion des conférences Disrupt NY 2013 de TechCrunch, qui se sont tenues du 27 avril au 1er mai, Peretti a tenu un discours clair: « Sur le web social, le quotient émotionnel compte plus que le quotient intellectuel. » Comme l’explique TechCrunch, Peretti considère l’empathie comme la clé de voûte du web social : une qualité nécessaire à la compréhension du fonctionnement des audiences à l’ère du partage généralisé; mais aussi l’aspect du comportement humain sur lequel toute stratégie sur le web social doit capitaliser.

TechCrunch Disrupt NY 2013 - Day 1
 

Il n’est pas innocent que ces affirmations émanent du fondateur de BuzzFeed. Créé en 2006, BuzzFeed est un site d’information d’un nouveau genre, dont le contenu est fondé sur une logique de buzz et de partage sur les réseaux sociaux. Classé 407e site mondial sur Alexa, avec ses 40 millions de visiteurs uniques en mars 2013, BuzzFeed capitalise sur l’émotion comme moteur du partage de contenus, au fondement de son succès. Les contenus proposés sur le site ne s’adressent pas, comme c’est le cas pour la plupart des médias en ligne, au quotient intellectuel des internautes; mais à leur quotient émotionnel : les sujets, souvent insolites et relevant du scoop, ne son pas classés par thématiques, mais affublés de « badges » qui traduisent des réactions émotionnelles primaires aux contenus (« LOL », « cute », « WTF », « trashy », etc.). En outre, le multimédia l’emporte souvent sur le texte.

Ainsi, les mutations cognitives liées au web social, et soulignées par Peretti lors du Disrupt NY, ne sont pas d’un intérêt seulement scientifique, mais aussi économique. En effet, elles doivent conduire les éditeurs à repenser le modèle de l’information en ligne, en prenant en compte ce nouveau paradigme qu’est le partage. Dans cette optique, les déclinaisons web des médias traditionnels, mais aussi les pure players prenant la forme de journaux en ligne, appartiennent à un modèle vieillissant de diffusion de l’information, où l’intellectuel l’emporte encore sur l’émotionnel, et la recherche sur le partage.

De grands noms des médias traditionnels américains semblent avoir saisi l’ampleur du changement, et l’opportunité d’embrasser le nouveau modèle d’information porté par Jonah Peretti, lui-même co-fondateur du Huffington Post.  En effet, en janvier 2012, Ben Smith, un ancien de Politico et du Wall Street Journal, a rejoint BuzzFeed en tant que rédacteur en chef. Le même mois, Doree Shafrir, alors rédactrice en chef de RollingStone.com, prenait la tête de la section « pop culture » de BuzzFeed. Des mouvements qui en disent long sur l’avenir de l’information en ligne.

 

 

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

Bouton retour en haut de la page
Miser sur l’empathie pour conquérir le web social?
[Made in Bordeaux] Qui sont les 20 startups à impact à suivre en 2022 ?
MICHEL COMBES
SoftBank: Marcelo Claure claque la porte, le Français Michel Combes promu DG de SoftBank International
Les cookies internet n’ont jamais été conçus comme des outils d’espionnage, affirme leur inventeur
Portrait de Christel Heydemann, du BCG à la direction générale d’Orange
[Livre Blanc] E-commerce : le guide ultime pour des fiches produits de qualité
[Série C] La startup belge Cowboy lève 80 millions de dollars pour accélérer la vente de ses vélos électriques connectés aux États-Unis