ActualitéMarketing & Communication

[Mouvement] Cyril Paglino, self-made (Buzz)man

« J’ai dû faire un CV pour la première fois de ma vie » explique Cyril Paglino, pour souscrire un prêt à sa banque. « Je suis resté bloqué au moins une heure durant sur cette feuille blanche » avoue celui qui nous rappelle avoir arrêté l’école à 16 ans, après trois mois de lycée, pour devenir par la suite un danseur reconnu. Il deviendra quelques années plus tard vice-champion du monde de breakdance. « Je faisais six à sept heures de sport par jour » confie-t-il alors qu’il est aujourd’hui à deux ou quatre entraînements par semaine. Du football, de la course et, lorsque c’est possible, du surf. « Une heure et demie à chaque fois. Je me conserve disons ».

Alors qu’il avait été jusque-là entrepreneur, il va dorénavant travailler au sein d’une « boîte » qui n’est pas la sienne. « Oui, c’est nouveau pour moi » reconnaît Cyril, en nous avouant tout de même qu’il garde une sorte d’indépendance. Un bureau, un téléphone, une carte de visite… tout est sa disposition. Sauf qu’il facture à la fin du mois. A l’américaine en sorte.

cyril-paglino

« Je connaissais bien Georges Mohammed-Chérif, le fondateur de l’agence, et Thomas Granger, son vice-président. On avait travaillé ensemble via mon ancienne boîte, Wizee ». C’est en juillet dernier que tout s’est joué lorsque, autour d’un déjeuner amical, Georges et Thomas lui proposent de les rejoindre. Souhaitant passer à autre chose après que Change ait racheté Wizee, il a accepté [à voir également, notre interview vidéo sur le sujet : Entretien exclusif – Cyril Paglino vend l’agence de célébrités 2.0 Wizee, ndlr]. « Je comptais faire un autre métier. Je ne savais pas trop quoi encore. La proposition était séduisante, le challenge important, et surtout, je savais que j’allais apprendre beaucoup avec eux ».

Son nom, ses qualités d’entrepreneur et son réseau dans le milieu parisien, où il a créé son entreprise, puis levé des fonds, font sûrement partie des qualités qui ont séduit Buzzman, où il est désormais directeur de la communication. L’agence, connue pour ses campagnes Milka, Durex, ou encore Tipp-Ex, diffusée sur YouTube – « A hunter shoots a bear », où l’utilisateur est invité à choisir la fin du scénario, compte plus de 21 millions de vues -, possède une forte culture digitale et parie avant tout sur la créativité. « Nous sommes sur quatre étage et tout le monde se parle, tout le monde est en contact, il y a une vraie cohésion, c’est agréable et surtout enrichissant d’évoluer avec autant de talents au mètre carré ».

Mais c’est aussi le réseau de Cyril qui a joué en sa faveur. A la question de savoir comment il se démène, au delà du cachet, pour faire venir une « star » ou une personnalité publique sur un tournage, il répond que la qualité de l’idée est primordiale pour convaincre un artiste. C’est le travail de fond qui change tout et permet de décrocher les contrats. « Il faut apporter de la créativité, de la nouveauté et, bien évidemment, prendre aussi en compte que le digital a complètement changé le métier, jusque dans les aspects juridiques. La gestion des droits sur les différents canaux est plus poussée, plus précise ».

« Avant, lorsque tu disais à un artiste que c’était pour internet, il s’en fichait. Aujourd’hui, lorsque l’on parle d’une campagne sur YouTube par exemple, le contenu voyage sans restriction. Les frontières sont inexistantes sur le digital, tous ces facteurs sont à prendre en compte ». Dito pour la durée des droits. « Avec le papier, on contrôlait la visibilité de la campagne, avec un plan média défini. Sur le digital, on ne peut plus contrôler ces paramètres ».

Cyril-Paglino-format2

Au delà de ses nouvelles fonctions, Cyril ne coupe cependant pas forcément avec son passé d’entrepreneur. Wizee a été acheté en février dernier par Change. Mais il reste un ami de la maison, un bienveillant. Au quotidien, il reste au contact de jeunes entrepreneurs de tous secteurs qu’il conseille. « Fondamentalement, je serai obligé de recréer une boîte. Je suis entrepreneur, c’est dans mon ADN ».

Passionné par le digital, les nouvelles technologies et l’investissement, Cyril ne souhaite se fermer aucune porte. Résultat, il refuse d’entendre parler d’un CDI pour l’instant et souhaite conserver sa liberté. « Je n’ai pas de diplôme, j’ai tout appris sur internet et en rencontrant des gens. Cette liberté est primordiale pour moi » conclut-il.

Olivier Harmant

Age : 27 ans

Une personnalité qui vous inspire ? Xavier Niel, pour l’entrepreneuriat, mais aussi beaucoup de sportifs ou d’artistes.

Une chanson dans la tête en ce moment ? Happy de Pharell William

Une application favorite ? Je suis beaucoup sur Instagram en ce moment, et la nouvelle version de Deezer est vraiment réussie

[startupjour1]
Crédits photos : Benjamin Boccas et merci à Thomas Clément.
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

6 thoughts on “[Mouvement] Cyril Paglino, self-made (Buzz)man”

  1. ch_menez beau portrait mais je retiens surtout la chanson du moment de cyrilpaglino : Happy de Pharrell William. Il a très bon goût ;)

  2. ch_menez beau portrait mais je retiens surtout la chanson du moment de cyrilpaglino : Happy de Pharrell Williams. Il a très bon goût ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This