ActualitéManagementMedia

[Mouvement] Jérémie Clevy: un geek aux manettes des activités numériques d’Europe 1

Sponsor-Urban-Linker

A 14 ans, Jérémie Clevy sait déjà qu’il veut faire du journalisme. Après être passé par la BBC, AOL, Lycos ou encore Mondadori France, il conjugue aujourd’hui sa passion pour la web et la radio. Portrait. 

Il est un peu geek, totalement bobo, accro au sport et fan de séries TV. Jérémie Clévy, 40 ans et père de deux enfants vient d’être nommé à la tête des activités numériques d’Europe 1. Pour lui, « c’est carrément un rêve qui se concrétise ». Jérémie grandit entre la région parisienne et la Martinique et, « la radio qu’on écoute depuis toujours à la maison, c’est Europe 1 ».

Après une licence en droit et en histoire, il intègre l’école supérieure de journalisme de Lille en 1994. Jérémie opte alors pour l’option radio mais découvre au même moment internet. « A l’époque, le web n’était pas encore considéré comme un média à part entière, mais j’ai tout de suite été très intrigué ». Quelques mois plus tard, Jérémie créé sa première adresse mail sur Yahoo!.

Professionnellement parlant, il fait ses premiers pas numériques lors de son passage à Londres à la BBC en 1998. Il y déploie notamment une plateforme web dédiée à l’actualité française. Neuf mois après, il rejoint les équipes parisiennes d’AOL. « J’ai simplement répondu à une petite annonce trouvée dans Libération. Je me souviens avoir eu l’impression de lire mon propre portrait. La personne recherchée c’était tout à fait moi ! C’est d’ailleurs la seule fois où ça m’est arrivé », explique-t-il. De simple journaliste, Jérémie passe responsable de l’information en 1999, puis rédacteur en chef en 2001. « Au moment où je suis parti, nous étions quasiment 350 personnes, contre 70 à mon arrivée » se souvient-il.

« A partir de là,  j’ai cessé d’être journaliste »

Après cette première expérience 100% numérique, Jérémie ne quittera plus la sphère digitale. De 2005 à 2006, il occupe le poste de responsable Europe des rédactions internet d’Eurosport, puis rejoint Lycos France en tant que directeur général. « A partir de là, j’ai cessé d’être journaliste », précise-t-il.

Recruté par un cabinet de chasseurs de têtes, il s’attache, avec les équipes françaises, à bouleverser l’activité du portail. « Lycos a ainsi développé une véritable activité de régie externe. Grâce à ce pivot, nous avons réussi à maintenir, à l’euros près, le chiffre d’affaires de Lycos France ». Malgré son activité bénéficiaire, le groupe décide, en 2009, de placer en liquidation judiciaire la filiale française. Et, impossible de poursuivre l’activité pour des raisons de copyright. Jérémie l’admet: « A l’époque, j’ai eu un peu les boules ».

De 2009 à 2011, il monte donc une structure de conseil en stratégie web et travaille avec une série de médias dont RFI, L’Express, France 24 ou encore TF1 et Ouest France. Deux ans plus tard, il décroche le poste de directeur du digital chez Mondadori France. Il pilote alors la stratégie développée autour des sites web et mobiles du groupe mais aussi le développement de différentes applications magazine. « Je me suis vraiment éclaté » reconnaît-il. Il est ensuite contacté par Europe 1 et ne résiste pas…

Trois semaines après son arrivée, Jérémie se dit « fier et content » d’être là où il est et constate un véritable élan au sein des équipes. Aujourd’hui une quarantaine de personnes travaille pour les activités numériques de la radio, « sans compter les collaborateurs qui ne sont pas directement affectés au digital mais qui y contribuent naturellement », précise-t-il. Fort d’une belle synergie, le site web d’Europe 1 enregistre 3 millions de visiteurs uniques par mois et la radio tire largement son épingle du jeu en matière de podcasts, avec 9 millions de téléchargements mensuels, dont 6,5 millions en France. Prochain challenge : positionner Europe 1 comme un incontournable de l’information sur internet.

  • A part le journalisme, la radio et le web, une passion ? « Oui, le sport surtout. Plus jeune, j’ai fait beaucoup de handball et j’adore l’odeur de la résine sur le ballon. Maintenant, je fais plus de course à pied. »
  • Le titre de musique du moment ? « Alors dans ma dernière playlist, on a : Random Access Memory, Pharrell Williams, Bruno Mars, C2C et puis des Nova Tunes ! C’est la deuxième radio que j’écoute après Europe 1. »
  • Un film qui vous a marqué ? « En fait, je suis plutôt séries TV. S’il y a deux séries qu’il faut absolument voir avant de mourir c’est bien Friends et 24 heures. En ce moment, j’aime aussi beaucoup Games of Trones, mais je ne télécharge pas illégalement. Du coup, je suis obligé d’attendre les sorties officielles… »
  • Un livre sur votre table de nuit ? « Oui, mais je ne peux pas en parler ! Mais sinon 1Q84 de Haruki Murakami m’a beaucoup marqué. Je l’ai découvert grâce à l’un des ses autres ouvrages : Autoportrait de l’auteur en coureur de fond. »

Sponsor-Urban-Linker

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[Mouvement] Jérémie Clevy: un geek aux manettes des activités numériques d’Europe 1
Malgré la crise, SAP dévoile un bénéfice plus important que prévu au second trimestre
Un robot anti-coronavirus inventé par deux entreprises françaises, Octopus Robots et Fybots
Sequoia mène un tour de 100 millions de dollars dans l’app chinoise de lecture interactive Kuaidian
Facebook supprime des comptes pour « comportement inauthentique coordonné »
Cloud: Renault choisit Google pour mieux exploiter ses données industrielles
Facebook: des « décisions problématiques et déchirantes » sur les droits civiques
Copy link