ActualitéBourseTech

Numericable veut lever 4,7 milliards d’euros pour racheter SFR

4,7 milliards d’euros : c’est la somme que cherche à réunir le câblo-opérateur Numericable dans le cadre de son projet de rachat de l’opérateur téléphonique SFR. Ce 29 octobre, il a fait savoir que cette augmentation de capital en numéraire se ferait avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires.

Plus précisément, « chaque actionnaire de Numericable Group recevra un droit préférentiel de souscription par action détenue à l’issue de la séance de Bourse du 30 octobre 2014. La souscription des actions nouvelles sera réalisée au prix de souscription de 17,82 euros par action (soit 1 euro de nominal et 16,82 euros de prime d’émission) à raison de 15 actions nouvelles pour 7 actions existantes » mentionne le groupe. L’offre s’étendra du 31 octobre au 12 novembre. Elle sera ouverte au public, uniquement dans l’Hexagone.

Annoncé en avril, l’achat par Numericable à Vivendi de sa filiale télécoms a reçu lundi 27 octobre le feu vert conditionnel de l’Autorité de la concurrence, qui avait ouvert le 30 juillet dernier un examen approfondi. Elle a posé les conditions suivantes: Numericable pourra racheter SFR moyennant des cessions d’actifs et l’ouverture de son réseau câblé à ses concurrents. Suite à cette opération, Vivendi devrait encaisser un peu plus de 13 milliards d’euros assortis d’une participation de 20% dans la future entité SFR-Numericable.

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Numericable veut lever 4,7 milliards d’euros pour racheter SFR
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch
Pourquoi LGO, la plateforme crypto de Frédéric Montagnon, fusionne avec Voyager