A la uneActualitéActualité Start Me UpAmérique du nordBusinessEuropeStart Me UpStartupTech

One More Company rachète Evercontact pour passer un cap dans la business intelligence

One More Company, start-up qui édite les solutions Sende.rs et Trackbuster et fondée par des Français, annonce le rachat de son concurrent Evercontact. Soutenue par un financement de 2 millions d'euros de la part d'Axa Strategic Ventures et du fonds Aurinvest, cette acquisition a été réalisée «en cash et en stock». Le montant de l'opération n'est pas précisé.

Lancée en 2009 par Philippe Laval, Evercontact permet de mettre à jour automatiquement les informations de son carnet d'adresses. La solution se voyait comme un «Waze des contacts professionnels». Elle comptait d'ailleurs aussi à son board des actionnaires français, à nouveau le fonds d'Axa, Xavier Niel ou encore Jérémie Berrebi via Kima Ventures. Ce rachat permet donc de rapprocher les deux entités.

Lancement de verticales B2B

«Evercontact se trouvait dans une phase de stagnation», indique à Frenchweb Florian Seroussi, (en photo de une) co-fondateur de One More Company. En rachetant Evercontact, One More Company compte ainsi «grossir sa base de data intelligence», précise-t-il. Ses deux services, Sende.rs et Trackbuster, qui proposent à l'utilisateur et aux marques de gérer l'information contextuelle de ses emails, vont reprendre sept ingénieurs d'Evercontact dans la cellule de développement à Paris.

«La propriété intellectuelle de l’entreprise (Evercontact) et la ténacité des solutions techniques sont aussi importants car il s’agit d’un ensemble de fonctionnalités complémentaires à Sende.rs et Trackbuster; et à la base de clients sur laquelle l’entreprise se concentre. Le produit Evercontact restera autonome», ajoute la société basée à New York.

Fondée en 2015, One More Company est accompagnée depuis son lancement par deux fonds français dont Kernel, mais aussi par des investisseurs privés tels Jean-David Blanc ou Bleu Capital. Pour l'heure, ses deux services sont entièrement gratuits. «Nous allons bientôt sortir une version premium avec des informations en fonction des besoins des clients, comme pour les DRH, avec des 'senders card', pour les candidats à l'emploi, ou pour gérer l'information textuelle des clients dans les entreprises afin qu'elle puisse aménager la priorité», avance Florian Seroussi.

Les deux sociétés, qui revendiquent 100 000 utilisateurs actifs après ce rachat, veulent s'attaquer aux leaders sur le marché de la business intelligence. Rachetée en 2012 par LinkedIn, Rapportive est bien placée pour séduire les contacts professionnels. Elles devront aussi affronter FullContact qui a levé 25 millions de dollars en 2016, mais aussi Plaxo aux États-Unis.

Evercontact emploie 15 personnes à Paris et à San Francisco. 

Lire aussi: Trackbuster, la start-up qui veut neutraliser le « tracking » d’e-mails
 

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. AMHA, Jamais très bon signe quand le montant de la transaction n’est pas communiqué surtout aux US… Difficile d’avoir un nom plus générique que One More Company !

Bouton retour en haut de la page
One More Company rachète Evercontact pour passer un cap dans la business intelligence
Uber
Uber prêt à racheter Free Now (Daimler/BMW) pour plus d’un milliard d’euros
Réseaux sociaux: Cédric O dénonce « l’opacité » des algorithmes et du système de modération
Covid-19: la révolution numérique pour préserver l’emploi?
Essity Ventures : accompagner des start-up pour construire le futur de l’hygiène et de la santé
Comment la crise a accéléré la transformation numérique des grands groupes bancaires
Couvre-feu: les taxis et VTC prévoient une baisse de l’activité encore plus forte dans les jours à venir