ActualitéFonds d'investissementInvestissements

Partech lance un fonds de 200 millions d’euros: « nous voulons combler le gap avec les Etats-Unis »

Après avoir ouvert un campus dédié à l’open innovation pour accueillir des start-up, le Français Partech Ventures vient de boucler un fonds de 200 millions d’euros. Plusieurs investisseurs institutionnels, qui accompagnent déjà le fonds depuis plusieurs années, ont souscrit – dont Bpifrance, CNP Assurance et AG2R La Mondiale – ainsi que de grands groupes comme Carrefour, Ingenico, ou Renault. Des family office et des particuliers se sont également joints. « En tout, il nous a fallu moins de six mois pour boucler ce nouveau fonds en décembre » souligne Philippe Collombel, cofondateur de Partech, qui ajoute que cette nouvelle structure est encore appelée à grossir jusqu’à 300 millions d’euros.

Des tickets de 10 à 45 millions d’euros

« L’idée est d’investir dans des entreprises en phase de croissance tout en conservant la stratégie que Partech Ventures a précédemment développé sur le seed et le venture, que ce soit sur le plan géographique – en Europe et aux Etats-Unis – ou sectoriel – la tech et l’Internet » précise Bruno Crémel, associé du fonds. Concrètement, Partech Growth prendra des tickets de 10 millions d’euros à 30 millions d’euros, voire jusqu’à 45 millions d’euros dans certains cas.

Plusieurs dizaines de projets ont déjà été étudiés. « En terme de maturité, nous visons des entreprises qui réalisent déjà quelques dizaines de millions d’euros de chiffre d’affaires, qui disposent d’un leadership local, et qui ont déjà dépassé les trois risques usuels rencontrés en venture, soient les risques produit, marché et équipe. L’idée est de financer les derniers tours de table pré-IPO. Avec ces conditions, nous estimons à 150 le nombre de tours de financement éligibles chaque année en Europe » poursuit M. Crémel.

« Combler le gap avec les Etats-Unis »

Avec 650 millions de dollars d’actifs sous gestion, Partech Ventures a déjà investi, dans le passé, dans Dailymotion, Goom Radio, Scoop.it, le Montpelliérain Teads.tv, qui prépare son introduction en Bourse, ou encore l’opérateur toulousain spécialiste des objets connectés Sigfox. Dans son portefeuille figurait aussi le service de réservation Lafourchette, racheté en mai par l’Américain Trip Advisor.

« L’Europe dispose de nombreux investisseurs en seed et en venture, notamment en France et au Royaume-Uni, ou en Allemagne. Mais sur le growth stage, il y en a peu. Il n’y a pas de déficit d’acteurs, mais un déficit de financement, ce qui résulte sur un plus faible nombre de tours de financement significatifs en Europe qu’aux Etats-Unis, d’autant plus qu’ils sont, dans 40% à 60% des cas, réalisés par des acteurs américains. Nous voulons donc combler ce gap » conclut M. Crémel.

© Photo de Une: Adeline Raynal pour Frenchweb
Tags
atelier-platform

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This