Actualité

Premières réactions de l'AFDEL au Plan Numérique 2012

L’Association française des éditeurs de logiciel se réjouit de l’attention qui est portée au logiciel dans le plan numérique 2012. En effet, en dépit d’une communication générale du gouvernement principalement axée sur le développement des infrastructures et des usages, le plan numérique 2012 comporte de nombreuses propositions d’actions en faveur des contenus, en phase avec les défis du développement de l’industrie du logiciel.

« Les faiblesses de l’industrie française du logiciel sont pertinemment identifiées, juge Patrick Bertrand, Président de l’AFDEL, en particulier notre difficulté à transformer nos idées en réussites commerciales et à créer des champions internationaux du logiciel. Mais la place centrale du logiciel dans l’écosystème numérique et son effet de levier sur la croissance sont reconnus et la nécessité d’une véritable politique industrielle est logiquement soulignée avec des propositions d’actions auxquelles nous souscrivons pleinement, pour avoir déjà promues certaines d’entre elles. »

Le Plan numérique comporte ainsi un volet spécifique dédié au développement de la filière du logiciel, quel que soit le modèle, qui rappelle à juste titre que l’industrie française et européenne du logiciel est « dépositionnée », à l’exception de champions comme SAP et Dassault Systèmes.

Différentes pistes sont donc envisagées qui relèvent de la mesure concrète ou de l’impulsion. L’AFDEL souhaite que les mesures proposées puissent se concrétiser rapidement et que les nombreuses impulsions se traduisent également par des engagements spécifiques :

Développement à l’international : Le développement à l’international y est présenté à raison comme critique dans le développement de l’éditeur de logiciel. L’AFDEL se réjouit donc de la création de réseaux de correspondants Logiciel dans le cadre d’Ubi France (Action n° 63), comme elle l’avait d‘ailleurs promu dans ses propres propositions (Mesure AFDEL n° 7)i

Vente découplée : L’AFDEL s’interroge en premier lieu sur le rapport véritable entre vente découplée hardware/software (Action n° 64&65) et développement du secteur de l’édition de logiciels tel qu’entendu dans le rapport. L’AFDEL relève en outre que le souhait du consommateur, qui ne doit
pas être ignoré dans la démarche, s’oriente en revanche a contrario vers le tout intégré (hardware,
software, services) à l’instar des téléphones mobiles, ordinateurs et autres équipements multimédias.
L’AFDEL relève enfin que le marché des ordinateurs, serveurs et terminaux mobiles fait déjà l’objet
de pré-installations de systèmes d’exploitation très divers.

Développement de la filière simulation (Action n°71 et suivantes): L’Association Française des Editeurs de Logiciels se réjouit également de ce que le rapport porte un accent particulier en faveur du secteur de la simulation numérique, dont la conception 3D et les serious game représentent des
composantes stratégiques et au sein duquel la France dispose d’un champion international et de Start
up très innovantes.

Formation : L’adaptation des formations aux métiers du logiciel (Action n°100) est jugée également très positive par l’AFDEL pour qui ce sujet est une priorité. Ainsi, l’action 101 qui reprend pour partie le projet « Université du logiciel » de l’AFDEL (Mesure AFDEL n°3) qui sera mis en chantier le mois prochain « constitue le début d’une grande avancée pour ce secteur » selon Patrick Bertrand, Président de l’Association. De même l’intégration de modules consacrés à l’innovation et à la propriété intellectuelle (Action n°136) dans les cursus universitaires est jugée particulièrement
opportune et susceptible de sensibiliser davantage ces publics à la valorisation du patrimoine immatériel.

Financement : Le capital risque constitue un élément crucial du développement des Start up de l’édition de logiciels, en particulier dans la phase délicate de l’amorçage. L’AFDEL juge donc tout à fait souhaitable qu’un bilan de l’action de France Investissement soit dressé également à l’aune de ses investissements dans le secteur logiciel et que des pistes d’amélioration soient identifiées, comme le
suggère l’action n°141.

R&D : L’impulsion qui est donnée en faveur d’une coordination de l’effort français de recherche dans les STIC, mais surtout la dynamique de rapprochement des PME et la recherche académique qui est souhaitée (Action n°143), que ce soit à travers les pôles de compétitivité ou la multiplication des incubateurs en environnement académique, sont jugées salutaires dans un secteur dont beaucoup d’innovations sont directement issues des laboratoires de recherche.

Accès des PME aux marchés : Dans un secteur où l’innovation rime fréquemment avec PME, l’AFDEL perçoit naturellement comme très positive la place accordée à l’amélioration de l’accès des PME innovantes (Action n°138&139) aux marchés, qu’il s’agisse des marchés publics ou des grands compte. Un sujet dont l’AFFEL fait régulièrement la promotion également (Mesure AFDEL n°13).

Tags

Richard Menneveux

CEO @AdsVark Media Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This