Marketing & Communication

[Projet Z] Zynga concocte son propre réseau social

Le groupe Zynga songerait à prendre son indépendance vis-à-vis de Facebook. En effet, le leader américain du social gaming a donné, hier lors d’une conférence de presse, un aperçu de son propre réseau social baptisé « Projet Z ».

Destiné à regrouper l’ensemble des membres de sa communauté, le réseau social reste centré sur le monde du gaming. Les utilisateurs pourraient ainsi jouer aux jeux les plus populaires développés par Zynga sans passer par la plateforme aux 800 M d’utilisateurs.

Mark Pincus, patron et fondateur du groupe aurait expliqué: « Depuis deux ans, nous construisons des produits qui, nous l’espérons, vont permettre la mise en place d’une plate-forme de relations directes entre les consommateurs ». Un va-et-vient continu deviendrait donc possible entre les deux plateformes.

Le leader du social gaming a également profité de cette conférence de presse pour dévoiler une batterie de nouveaux jeux, dont Mafia Wars 2, CastleVille ou encore Bingo et Hidden Chronicles.

Avec plus de 230M d’utilisateurs actifs par mois, Zynga est le premier développeur de social gaming au monde. Le groupe devance ainsi largement Electronic Arts, qui compte plus de 100 millions d’utilisateurs. Parmi ses titres les plus connus: CityVille, FarmVille, Zynga Poker. Depuis ses débuts, la société a déjà levé près de 845M $. Facebook et Google comptent parmi ses principaux investisseurs.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Projet Z] Zynga concocte son propre réseau social
Relation client : ChapsVision met la main sur NP6
Brand content : Getfluence lève 5 millions d’euros
Happydemics
Études d’opinion: regards croisés sur un marché en pleine évolution
Favikon
Influence Marketing : Favikon lève 500 000 euros pour noter les influenceurs
Pourquoi la Cnil inflige-t-elle des amendes de 100 et 35 millions d’euros à Google et Amazon?
Face à un modèle publicitaire contraignant, comment les créateurs de contenus se réinventent