Marketing & Communication

[Projet Z] Zynga concocte son propre réseau social

Le groupe Zynga songerait à prendre son indépendance vis-à-vis de Facebook. En effet, le leader américain du social gaming a donné, hier lors d’une conférence de presse, un aperçu de son propre réseau social baptisé « Projet Z ».

Destiné à regrouper l’ensemble des membres de sa communauté, le réseau social reste centré sur le monde du gaming. Les utilisateurs pourraient ainsi jouer aux jeux les plus populaires développés par Zynga sans passer par la plateforme aux 800 M d’utilisateurs.

Mark Pincus, patron et fondateur du groupe aurait expliqué: « Depuis deux ans, nous construisons des produits qui, nous l’espérons, vont permettre la mise en place d’une plate-forme de relations directes entre les consommateurs ». Un va-et-vient continu deviendrait donc possible entre les deux plateformes.

Le leader du social gaming a également profité de cette conférence de presse pour dévoiler une batterie de nouveaux jeux, dont Mafia Wars 2, CastleVille ou encore Bingo et Hidden Chronicles.

Avec plus de 230M d’utilisateurs actifs par mois, Zynga est le premier développeur de social gaming au monde. Le groupe devance ainsi largement Electronic Arts, qui compte plus de 100 millions d’utilisateurs. Parmi ses titres les plus connus: CityVille, FarmVille, Zynga Poker. Depuis ses débuts, la société a déjà levé près de 845M $. Facebook et Google comptent parmi ses principaux investisseurs.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
[Projet Z] Zynga concocte son propre réseau social
Airbnb
Le divertissement, nouveau pilier de la stratégie d’Airbnb
[FW500] Comment Happn trouve sa place sur un marché du dating en pleine consolidation
[DECODE] La publicité, prochain grand levier de croissance d’Amazon
[DECODE] L’enceinte connectée Djingo d’Orange arrive-t-elle trop tard?
Avis Vérifiés (Net Reviews) boucle un tour de table de 32 millions d’euros pour prendre le large à l’international
Marketing: après leur fusion, Tradelab (Fimalac) et Jellyfish forment un ensemble à 580 millions d’euros
Copy link