ActualitéAmérique du nordTech

Réalité augmentée: mais qui est Magic Leap, l’entreprise secrète qui séduit les géants de la Tech?

C'est une entreprise qui a la culture du secret et qui ne cesse de lever des fonds. La start-up américaine Magic Leap avait déjà conquis l'an passé Google, qui avait participé, en tant que principal investisseur, à une levée de fonds de plus de 540 millions de dollars. Parmi les autres participants, on retrouvait d'autres grands fonds d'investissement bien connu dans le secteur technologique, comme Andreessen Horowitz (qui a investi dans Pinterest, Airbnb…), Qualcomm ou Kleiner Perkins Caufield & Byers.

Bientôt valorisée plus de 3 milliards de dollars ?

Un montant impressionant qui semble malgré tout ne pas suffire à cette société qui chercherait à réunir désormais 827 millions de dollars, selon Forbes. Les noms des investisseurs ne sont pas encore connus, mais cette opération pourrait la valoriser à 3,7 milliards de dollars, ce qui en ferait de facto une «licorne», c'est-à-dire une start-up non cotée en Bourse capitalisée à plus de 1 milliard de dollars.

Elle rejoindrait ainsi des entreprises comme Delivery Hero, Jawbone ou Zenefits, chacune valorisée entre 3 et 4 milliards de dollars. Mais à la différence de ces dernières, dont les produits et services sont clairement connus et identifiés, Magic Leap ne révèle d'informations qu'au compte-goûtes sur son activité.

Cette start-up développe une technologie de réalité augmentée, qui propose via un dispositif d'afficher des images virtuelles sur une vision bien réelle (à la différence de la réalité virtuelle, comme Oculus Rift). Sur le site de Magic Leap, on peut ainsi voir un léger aperçu de ce sur quoi travaille la société. On y découvre une vidéo tournée dans une salle de sport où, soudain, une baleine saute avant de replonger, sous les yeux d'un public surpris.

L'ancien PDG de Vevo dans l'équipe

Une technologie que Magic Leap pourrait adapter à d'autres fins, notamment pour accompagner ses utilisateurs au quotidien. En mars, une vidéo postée sur YouTube par la société laissait apercevoir à quoi pourrait ressembler un jeu vidéo sous Magic Leap. L'utilisateur joue sur ce qui semble être son lieu de travail, soit un environnement grandeur nature. Des images virtuelles apparaissent alors sur sa vision réelle du lieu qu'il occupe. Une autre vidéo montre un individu contempler le système solaire.

Magic Leap pourrait donc intéresser les industries du divertissement (jeux vidéos, cinéma, médias…). D'ailleurs, Legendary Entertainment, une société de production américaine, avait participé au tour de table de l'an passé. Et Rio Caraeff, l'ancien PDG et cofondateur de Vevo, le spécialiste des vidéos musicales en ligne qui travaille en partenariat avec YouTube et plusieurs majors de la musique, a rejoint Magic Leap en tant que directeur des contenus.

Mais la technologie de Magic Leap pourrait potentiellement servir à développer des solutions pour d'autres secteurs. D'ailleurs, Rony Abovitz, son fondateur, avait co-créé en 2004 Mako Surgical, une entreprise basée en Floride spécialisée dans les dispositifs médicaux qui est aujourd'hui cotée en Bourse. Dans tous les cas, Magic Leap n'a pas fourni d'informations précises sur ses ambitions et d'autres géants du Web s'intéressent de près aux technologies de réalité virtuelle.

Alibaba intéressé par Magic Leap ?

Microsoft développe par exemple HoloLens. Cette paire de lunette holographique permet de faire apparaître des modélisations 3D sur la vue de l'utilisateur. Le groupe de Redmond a publié une vidéo présentant comment des ingénieurs de Volvo peuvent utiliser ce casque pour leurs travaux, ou son utilité sur les chaînes d'assemblage des véhicules.

Des technologies qui intéressent d'ailleurs bien au-delà des frontières de la Silicon Valley. Alibaba, le géant chinois de l'e-commerce qui cherche continuellement à diversifier ses sources de revenus, serait entré en discussion avec Magic Leap afin d'y investir environ 200 millions de dollars, rapportait en octobre le site Re/code. Ni la start-up basée en Floride ni la firme de Jack Ma n'ont voulu confirmer ces informations au site américain.

Mais comment expliquer que Magic Leap lève autant d'argent auprès d'investisseurs privés ? Rony Abovitz, le fondateur et PDG de la start-up, a donné un indice lors d'une conférence en juin. L'entreprise aurait développé une technologie difficilement imitable : «There’s no off-the-shelf stuff used. That’s the reason for the amount of capital we’ve raised», avait-il déclaré.

Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This