A la uneBusinessEuropeEvents ChannelLeade.rsMedia

Romain Achard (Demotivateur): «Notre indépendance nous permet d’être plus agile que nos concurrents»

Alors que le marché des Millennials est en train de se resserrer autour des grands groupes médias, à l'image de Minute Buzz racheté par TF1 ou Groupe Cerise par Prisma Media, Demotivateur veut croire en sa spécificité et à son indépendance. «Cela nous pousse à nous renouveler et à mieux séduire nos marques partenaires», affirme Romain Achard, directeur de la régie de Demotivateur, à l'occasion de la conférence Leade.rs. Depuis sa création il y a quatre ans, la société n'a eu recours à aucune levée de fonds.

Demotivateur, qui ne parle plus en visiteurs uniques ou en visites, revendique 150 millions de vidéos par mois et 4,5 millions de fans en les cumulant sur les plateformes sociales (Instagram, Twitter, Facebook…). «Notre métier a changé. (…) On distribue désormais le contenu sur différents points de contact. L'enjeu est de savoir faire du social publishing», explique Romain Achard.

Après les verticales Food et Atelier, Demotivateur lançait en janvier dernier «Jetlag», pour attirer les 18-35 ans sur le voyage. «Des collaborations avec Eurolines, Office du Tourisme de la Suisse et de la Suède ont donné l’impulsion pour développer cette nouvelle communauté», expliquait la société fondée en 2013 par Michal Sikora, son frère Pawel, et Ari Cohen. La société emploie aujourd'hui 20 personnes.

Lire aussi : TF1 et Minute Buzz, Groupe Cerise et Prisma…les dessous d’une opération de M&A

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Romain Achard (Demotivateur): «Notre indépendance nous permet d’être plus agile que nos concurrents»
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Malgré Trump, Huawei devient le numéro un mondial des smartphones
Copy link