A la uneActualité

Snowflake lève 45 millions de dollars pour se faire sa place dans le cloud BI

Le montant : Snowflake a annoncé avoir réalisé une levée fonds de 45 millions de dollars en série C, après une précédente l’an passé. L’éditeur de solutions de data warehouse, d’architecture de données et d’optimisation des requêtes en cloud, s’est entouré pour ce nouveau tour de table de Altimeter Capital. Avec cette levée, la société dirigée par Bob Muglia, ancien vice-président chez Microsoft, a également annoncé la disponibilité d’un outil d’analyse en ligne des données des entreprises, indique Recode.

Le marché : Fondée par deux Français, la société veut se différencier sur le produit d’analyse de données gérées dans le cloud. Elle utilise le langage SQL pour unifier les données. Elle a face à elle Microsoft justement, avec ses solutions Azure. L’analyse des données est aussi dans le viseur de BusinessObjects, racheté par SAP, Cognos, englobé par IBM, mais également de nouveaux entrants comme Tableau Software ou GoodData. Côté français, la start-up Bime compte aussi croître pour se positionner sur ce marché du cloud BI (Business Intelligence).

Les objectifs de la Start-up : L’investissement doit donc permettre à la société de développer sa technologie pour faire face aux concurrents. Elle compte aujourd’hui 80 clients. 20 ont été transformés après les tests sur son outil.

Fondateur : Thierry Cruanes, Benoît Dageville.

Date de création : 2012

Siège : San Francisco

Levée de fonds : 26 millions de dollars (2014)

Bouton retour en haut de la page
Snowflake lève 45 millions de dollars pour se faire sa place dans le cloud BI
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs