ActualitéMarketing & Communication

[Social Media] Les news à ne pas rater : Kawo, le spam sur Facebook, LinkedIn et internet dans les TPE

Kawo propose ses services aux marques étrangères qui veulent investir les réseau sociaux chinois… 7% de leurs publications sur Facebook sont considérées comme du spam… La fonction « skill endorsement » de LinkedIn disponible dans sa nouvelles application mobile… 1 patron de TPE sur 2 gère à lui seul l’activité de son entreprise sur les réseaux sociaux. Zoom sur les news Social Media à regarder de plus près cette semaine.

Kawo prend par la main les marques étrangères. Direction la Chine.

KAWO-illustration

Outil de social media management, Kawo est une plateforme qui propose aux marques étrangères de rendre « compatibles » leurs contenus Facebook et Twitter avec les réseaux sociaux chinois (notamment Weibo et Renren).

Outre une traduction en mandarin « courant », Kawo prétend adapter les messages des marques occidentales à la mentalité chinoise. Pour ce faire, il filtre leurs contenus sociaux et en ôte les passages qu’il estime « sensible » pour le public chinois (… sans parler de l’internet chinois).

Selon le site techinAsia, l’outil propose également aux marques :

  • un service de veille sur leurs concurrents chinois, répertoriés selon leurs domaines d’activité ;
  • un suivi en temps réel des statistiques sur les réseaux sociaux chinois ;
  • … et un service payant de retweets positifs par des comptes chinois !

7% des publications des marques sur Facebook seraient considérées comme du spam

D’après un billet de la spécialiste Social Media Roza Tsvetkova publié sur All Facebook – le blog non officiel de Facebook – 7% des messages postés par les marques sur leur page sont considérés comme du spam par les autres utilisateurs.

Résultat : en même temps que leur « spam score » augmente, les marques concernées voient la portée de leurs prochaines publications diminuer à cause d’un feedback négatif… qu’ils peinent à identifier.

Face à la difficulté pour les community manager d’identifier les posts spammeurs et leur portée, Roza Tsvetkova met en exergue les nombreuses façons dont l’utilisateur FB dispose pour signaler une publication comme étant du spam (signalement, masquage etc.).

Elle émet aussi quelques recommandations :

  • limiter les publications purement marketing, et les alterner avec des posts moins intéressés ;
  • rester cependant dans son domaine, quel que soit le type de message posté. Pas de hors-sujet, en somme ;
  • ne pas publier trop souvent.

L’application Linkedin, le fond et la forme

appli-linkedIn-illustration

Après une mise à jour de rentrée, l’application mobile de Linkedin s’enrichit de l’onglet « Compétences et expériences ». Celui où les utilisateurs peuvent commenter et recommander les compétences des uns et des autres (« skill endorsement »).

Jusqu’ici rien de très nouveau, si ce n’est que cette mise à jour relance le débat sur le bienfondé ou non du « skill endorsement » sur LinkedIn. Comment un membre du réseau que je connais à peine peut-il m’attribuer telle ou telle compétence ? Ils étaient nombreux à se poser la question.

A en croire le site socialmediahat.com, il semblerait que le réseau de professionnels ait également fait des mises à jour sur le fond cette fois-ci. L’application propose en effet aux utilisateurs de smartphones plusieurs outils qui rendent plus transparent le système d’approbation de compétence.

Ainsi un utilisateur peut refuser des compétences qu’on lui attribue s’il ne les trouve pas légitimes, et il ne peut se voir attribuer que des compétences qui correspondent à son domaine et figurent déjà sur son profil Linkedin.

1 patron de TPE sur 2 gère entièrement la présence en ligne de son entreprise

Les patrons de TPE préfèrent miser sur les sites web côté professionnel, et garder les réseaux sociaux côté vie privée (9% avouent en avoir peur). C’est le résultat quelque peu surprenant du dernier baromètre des TPE réalisé par l’IFOP pour Fiducial.

etude-tpe-illustration

Et parmi les réseaux sociaux préférés des patrons de TPE – pour leur usage pro mais surtout personnel donc — Google+, LinkedIn, Viadeo puis Twitter.

Ceci dit, l’étude précise aussi que dans 55% des cas, ce sont les dirigeants qui gèrent en personne la présence en ligne de leur TPE. 16% le font en cogestion avec un prestataire, 15% avec un salarié. Seulement 12% délèguent entièrement la mission à un prestataire.

D’autres chiffres sont à retrouver dans cette étude :

  • 6% des dirigeants de TPE a ouvert un compte Twitter pour son entreprise ;
  • 20% ont crée une page Facebook pour leur TPE ;
  • les réseaux sociaux leur servent davantage pour la veille (55%) que pour la vente en ligne (12%) ;
  • Environ un patron de TPE sur 10 a bloqué l’accès à Facebook à ses salariés.
Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Un commentaire

  1. En complément de l’info sur le Spam de Marque perçu par les internautes sur Facebook, nous avons observé (empiriquement, pas d’étude très précise) qu’un post promotionnel engendre environ 2 fois moins de commentaires que la moyenne et un taux de messages négatifs (ou critique) 3 x supérieur.
    Exemple : « arretez de nous vendre votre sauce avec ce nouveau truc et commencez par faire en sorte que le reste fonctionne. Car moi cela fait 3 mois que … etc… »

[Social Media] Les news à ne pas rater : Kawo, le spam sur Facebook, LinkedIn et internet dans les TPE
Samsung: la faille du capteur d’empreinte ne sera pas réglée avant la prochaine mise à jour
YouTube
Les marques ont-elles perdu le contrôle de leurs investissements publicitaires en ligne?
Airbnb double ses pertes, mauvais indicateur avant l’IPO de 2020?
Les offres d’emploi de la semaine
Libra: le G7 exige un cadre juridique
Veepee s’offre la startup Scalia pour unifier ses données produits
Copy link