ActualitéArts et Culture

SoundCloud valorisé 700 millions de dollars

La startup allemande a bouclé un tour de 60 millions de dollars, et veut devenir le YouTube de l’audio

La startup SoundCloud, qui développe une plateforme de stockage et de partage de fichiers musique, a convaincu plusieurs investisseurs d’investir ( et ré-investir) 60 millions pour accélérer son développement. Un tour qui a eu lieu il y a plusieurs mois, pense le Wall Street Journal qui a dévoilé l’information.

La startup, lancée depuis Berlin en 2007 par deux suédois, Alexander Ljung et Eric Wahlforss, aurait dans l’idée de négocier des accords importants avec plusieurs major companies, et différents labels de l’industrie musicale.

Sur la plateforme, on compte désormais 12 heures de son et de musique téléchargés chaque minute. En comparaison, YouTube comptabilise l’équivalent de 100 heures uploadées chaque minute. SoundCloud est encore loin du potentiel atteint par Google, mais il est aujourd’hui devenu une référence pour les artistes, qui voient dans SoundCloud un outil simple de viralisation des contenus musicaux, en transformant un fichier en URL ou en code embed pour mieux le partager.

La startup doit maintenant accélérer son développement international – elle dispose de 5 bureaux à l’étranger – et faire la preuve de son modèle sur mobile.

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

3 commentaires

  1. frenchweb Avec tous les morceaux de qualité que je lui envoi, ca les vaut bien ^^

  2. LNLeveque tu m’étonnes c’est vraiment le top du média sound sans pub et en bonne qualité !

Bouton retour en haut de la page
SoundCloud valorisé 700 millions de dollars
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés