ActualitéRetail & eCommerce

Spartoo à l’assaut du marché du textile en ligne

Spartoo, le site e-marchand spécialisé dans la vente de chaussures, de sacs et d’accessoires, annonce aujourd’hui s’attaquer au marché du prêt-à-porter masculin et féminin.

bandeau Spartoo
Après la bagagerie en 2010 et les montres et bijoux l’an passé, le pure-player grenoblois, fondé en 2006, proposera ainsi à la vente à partir de mi-mars plus de 6 000 articles textiles sélectionnés parmi une centaine de marques (Diesel, Levis, Adidas, Nike, Eleven Paris, American Apparel, Tommy Hilfiger ou encore Timberland…).

Cette offre se déclinera dans les 20 pays européens où est implanté le e-commerçant. Si la vente de chaussures en ligne reste son coeur de métier, avec près de 30 000 références de 700 marques différentes, Spartoo voit dans le textile une source de croissance importante dans les années à venir.

En 2012, les ventes sur internet ont en effet représenté 10,8% des dépenses d’habillement des Français, soit une hausse de 18% sur un an. Les ventes de textile-habillement en ligne ont progressé de 8% en 2012, sur un marché global en repli de 2,1%, selon les chiffres de l’Institut Français de la Mode (IFM).

La site compte aujourd’hui 180 salariés à Grenoble et revendique 14M de VU par mois pour un CA de 130M d’€, en hausse de 30% par rapport à 2011. Spartoo a bouclé en octobre dernier une levée de 25M d’€ et figure ainsi dans le Top5 des levées de fonds françaises enregistrées par FrenchWeb en 2012.

Bouton retour en haut de la page
Spartoo à l’assaut du marché du textile en ligne
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs