ActualitéRetail & eCommerce

Spartoo à l’assaut du marché du textile en ligne

Spartoo, le site e-marchand spécialisé dans la vente de chaussures, de sacs et d’accessoires, annonce aujourd’hui s’attaquer au marché du prêt-à-porter masculin et féminin.

bandeau Spartoo
Après la bagagerie en 2010 et les montres et bijoux l’an passé, le pure-player grenoblois, fondé en 2006, proposera ainsi à la vente à partir de mi-mars plus de 6 000 articles textiles sélectionnés parmi une centaine de marques (Diesel, Levis, Adidas, Nike, Eleven Paris, American Apparel, Tommy Hilfiger ou encore Timberland…).

Cette offre se déclinera dans les 20 pays européens où est implanté le e-commerçant. Si la vente de chaussures en ligne reste son coeur de métier, avec près de 30 000 références de 700 marques différentes, Spartoo voit dans le textile une source de croissance importante dans les années à venir.

En 2012, les ventes sur internet ont en effet représenté 10,8% des dépenses d’habillement des Français, soit une hausse de 18% sur un an. Les ventes de textile-habillement en ligne ont progressé de 8% en 2012, sur un marché global en repli de 2,1%, selon les chiffres de l’Institut Français de la Mode (IFM).

La site compte aujourd’hui 180 salariés à Grenoble et revendique 14M de VU par mois pour un CA de 130M d’€, en hausse de 30% par rapport à 2011. Spartoo a bouclé en octobre dernier une levée de 25M d’€ et figure ainsi dans le Top5 des levées de fonds françaises enregistrées par FrenchWeb en 2012.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Spartoo à l’assaut du marché du textile en ligne
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués