ActualitéBusinessData Room

[Start-up de la semaine] Winiti, le premier stop-pub caritatif

Alors que le marché de la publicité en ligne explose (+3,8% au dernier trimestre), celui des solutions de blocage de pubs se construit peu à peu, à l’instar d’Adblock (sur Firefox et Google Chrome), ou StopPub sur Windows.

Surfant sur la vague de la pub online, et profitant des nouvelles règles imposées par l’Union Européenne sur les données utilisateurs, la société 6PEO lance Winiti, le « premier stop-pub caritatif » gratuit. Pour l’utilisateur, il permet de bloquer l’affichage des pubs audio, vidéo et bannières, et de n’en garder que 10 préalablement sélectionnées. Pour l’annonceur, cela permet de réduire de 50% les coûts publicitaires, et de soutenir une association caritative comme Sauveteurs en Mer, ou La Fondation pour la Nature et l’Homme. Une façon pour 6PEO, la société qui développe Winiti, de ne pas s’attirer d’ennemis chez les annonceurs…

6PEO, qui développe déjà des solutions de web marketing depuis 2009, propose des solutions d’affichage « opt’in » respectant les nouvelles recommandations de la CNIL sur l’utilisation des données personnelles (le fameux « Paquet Telecom »).

6PEO compte 10 personnes, et est basée à Roubaix. Elle a effectué une première levée de fonds de 2M d’€ cette année auprès d’Innovacom Gestion.

Entretien avec le fondateur et P.d.g de 6PEO, Olivier Leurent

Tags
atelier-platform

Marion Moreau

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

9 thoughts on “[Start-up de la semaine] Winiti, le premier stop-pub caritatif”

  1. Bien que l’approche « caritative » soit louable (et encore c’est discutable), je ne comprends pas comment un tel projet peut exister.
    Les éditeurs sur le web ont déjà suffisamment de mal à monétiser leur audience et là on assiste à un véritable hold-up.
    Si de telles solutions prenaient de l’ampleur beaucoup de sites disparaitront. L’autre solution serait que les éditeurs de site bloquent l’accès aux internautes utilisant ces solutions de blocage.
    A suivre

  2. Tout d’abord : merci à Frenchweb pour cette interview et merci à vous pour vos retours.

    Nous comprenons vos interrogations. WINITI repose sur une démarche citoyenne, personnelle et volontaire de l’internaute qui choisit d’installer un stop-pub car il se trouve surexposé. Des stop-pub existent déjà, WINITI ne va donc pas changer le modèle économique actuel.
    Nous proposons juste une alternative basée sur une politique « win win » puisque l’internaute, l’annonceur et les associations sont gagnants. Notre objectif est de créer un web plus équitable et nous cherchons à intégrer tous ses acteurs. Nous réfléchissons déjà à une prochaine version qui intégrerait également les éditeurs.

    1. Alexandre j’aime beaucoup votre approche « win win » qui n’intègre pas pas l’acteur fondamental : l’éditeur.
      Comme vous le dites, les stop-pub existent déjà depuis longtemps mais ne sont quasiment pas utilisés excepté pour les formats du genre site under ou pop-up.
      Comment peut on lever des fonds avec un concept aussi utopique et bidon.
      Je crois que je vais monter un dossier pour lever des fonds et racheter Presstalis ( ex NMPP). Ainsi dans tous les kiosques à journaux je collerai des publicités citoyennes (ou pas) à la place de celles déjà présentes dans les magazines.
      Bien entendu je ferais ça sur 10 pages de pub max et toutes les autres seront déchirées.
      Je suis persuadé que tous les groupes de presse seront emballés par cette nouvelle approche. :)

  3. C’est assez drôle parce que j’utilise Winiti depuis une semaine. Et du coup je ne vois plus les publicités sur Frenchweb.

    @Frenchweb: cet article intéressant va-t-il vous faire perdre de l’argent?

  4. Bonjour à tous

    Permettez-nous de répondre à vos interrogations.
    Tout d’abord, nous souhaitons ré insister sur le fait que WINITI se base sur une démarche volontaire de l’internaute, qui choisit le niveau et le contenu publicitaire qui lui sera soumis lors de sa navigation ; rien n’est fait à son insu, nous lui proposons une solution alternative à des stop pub traditionnels, qu’il est libre d’installer ou non.
    Par ailleurs, nous souhaitons répondre à votre inquiétude concernant les revenus des sites éditeurs : vous l’avez vous-mêmes souligné, même si la solution s’adresse potentiellement aux 38 millions d’internautes, nous ne nous attendons pas à répondre à une sollicitation globale, mais bien à une partie seulement des internautes, soucieux de leur exposition à la publicité et de leur participation solidaire. En d’autres termes, si nous arrivons à construire une communauté d’un million de winiteurs, d’une part nous pourrons engendrer des dons substantiels aux associations, tout en n’impactant que très faiblement les revenus des sites éditeurs.
    Je vous rappelle 2 éléments spécifiés sur notre site : tout winiteur peut inscrire les sites de son choix dans une liste d’exclusion, autrement dit autoriser les pubs sur ses sites préférés, et il peut également à tout moment de sa navigation désactiver WINITI en un clic, de manière également à voir ponctuellement les pubs proposées par le site éditeur.
    Dans cette démarche, comme dans l’ensemble de WINITI, c’est l’internaute qui est maître de sa navigation et de son exposition à la publicité.

    N’hésitez pas à nous contacter si vous avez d’autres questions.
    Bonne journée.

  5. Et vis a vis de l’Etat ? les sommes partant vers les associations sont imposées comment par rapport a celles qui sont déclarées chez les annonceurs ?

    1. Bonjour Job et merci de soulever ce point.
      Le principe de WINITI est bien que l’annonceur fasse un don à une association partenaire. Ce don ne fait pas exception à la législation, et donne donc lieu aux mêmes règles de défiscalisation que pour les autres dons faits par l’entreprise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This