ActualitéBusinessRetail & eCommerceStartupStartup du jour

La start-up du jour: Mon tiroir à chaussettes, l’e-boutique des chaussettes haut de gamme

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Mon tiroir à chaussettes, une start-up parisienne fondée en 2013 par Emmanuel Heurteau. Elle édite un site de vente de chaussettes haut de gamme, lancé commercialement en avril 2014.

tiroirachaussettes
Emmanuel Heurteau (Mon tiroir à chaussettes) et l’un de ses fournisseurs, Paolo Colasanti (Calzificio Palatino) à Rome

Frenchweb: Comment avez-vous eu l’idée de lancer ce service ?

Emmanuel Heurteau: L’idée de créer un site mono-produit spécialisé dans les chaussettes haut de gamme est née d’un besoin. L’objectif était de rendre accessible des produits très haut de gamme, souvent peu disponible sur le marché physique. Selon les préférences de chacun nous avons tous un intérêt particulier d’avantage prononcé pour tel ou tel accessoire de notre garde-robe, un objet ou activité de tous les jours. (…) Or s’il est facile aujourd’hui de trouver par exemple des souliers de luxe, les marques disposant de leurs propres réseaux de distribution physique ou online, il est peu MTC Palatino fil d'Ecosseévident de trouver des chaussettes de très haute qualité pour ces consommateurs exigeants. Je me suis moi-même retrouvé un jour en panne de chaussettes ! J’ai remarqué que l’offre Internet avec un positionnement haut de gamme paraissait très limitée, alors même que la chaussette est un produit particulièrement adapté à la vente en ligne (pas d’essayage avant l’achat,…). Je me suis dit qu’il y avait donc quelque chose à faire.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Internet offre une visibilité fabuleuse aux commerçants ou fabricants dont la renommée demeure encore confidentielle. L’objectif de Mon tiroir à chaussettes est de rendre facilement accessible des produits disposant d’une visibilité réduite sur le marché physique.

Quel est votre modèle économique ?

Le modèle économique est classique pour un e-commerçant : nous achetons directement les produits chez les fabricants, dont les plus prestigieux sont situés dans Rome ou à Milan. En termes de marge, nous appliquons des ratios classiques de e-commerçant.

Qui sont vos compétiteurs ?

De manière générale le marché de la vente en ligne de chaussettes est en plein essor. Cependant la majorité des acteurs se positionnent sur le moyen de gamme, ou alors créés leur propre marque. Ce ne sont pas nos concurrents. Il existe très peu de sites positionnés sur le segment du luxe authentique. Ils proposent par ailleurs une offre souvent trop élitiste et onéreuse. Les sites de vente en ligne généraliste comme Mr Porter disposent parfois d’une offre intéressante mais ne sont pas identifiés en tant que spécialiste du produit.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

La chaussette est un produit plus complexe à vendre qu’il en a l’air. Selon la matière, les motifs, certains modèles se vendent différemment sur les marchés physique et en ligne, même si les visuels représentent les produits de la manière la plus fidèle possible. Lors du lancement nous ne savions donc pas comment constituer un stock raisonnable. Nous en avons constitué un de 5000 paires. Il y a eu une part d’aléatoire lors des premières semaines du lancement sachant que les premiers modèles partis rapidement n’était pas forcément ceux prévus.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné ?

Dans un projet de création, avoir une bonne idée est une chose, la mettre en œuvre en est une autre. Être passionné par son idée c’est enthousiasmant, mais ce qui fait la différence c’est la capacité à s’entourer des bonnes compétences, de respecter le calendrier. Prendre du recul alors que l’on est la tête dans le guidon, c’est aussi un exercice moins simple qu’il n’y parait !

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Patrick Drahi, il est parti de rien et a réussi à construire son groupe. Je l’admire pour son côté visionnaire, pour sa combativité et sa persévérance.

Fondateur: Emmanuel Heurteau

Date de création: janvier 2013

Nombre de salariés: 2

Chiffre d’affaires: 10 000 euros depuis avril 2014, objectif: 500 000 euros en 2015

Société basée à : Paris

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Pourquoi de si petites photos… Vous vendez du texte ou des chaussettes ? :) Non, blague à part, mettez plus en avant vos produits dans les pages listes et surtout dans les fiches produits, il faut faire rêver les clients, le premier contact doit être fort et centré sur le produit, la photo, la matière… et là c’est tout l’inverse.

La start-up du jour: Mon tiroir à chaussettes, l’e-boutique des chaussettes haut de gamme
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Malgré son éviction par Apple et Google, Fortnite génère toujours plus de revenus
[DECODE Brésil] La FinTech et l’e-commerce défient la pandémie en Amérique latine
Gate Watcher : « Chaque pays européen souhaite avoir son industrie de la cybersécurité »
Copy link