ActualitéMarketing & Communication

Twitter lance Curator, son moteur de recherches avancées multicontenus

Un nouvel outil pour « tamiser » le web est disponible pour les rédacteurs et journalistes web, ainsi que tous ceux amenés à réaliser des veilles d’informations ciblées au quotidien. Son nom ? Curator. L’entreprise derrière celui-ci n’est autre que Twitter.

Curator se présente sous la forme d’un outil d’agrégation de contenus qui combine tweets, vines et vidéos issus de l’application de streaming Periscope, c’est-à-dire seulement des contenus édités par Twitter Inc. Il est pour l’instant disponible seulement pour tous les professionnels des médias en ayant fait la demande. L’utilisateur peut épingler ce qui l’intéresse un peu à la manière de ce qui se fait sur Pinterest. Il permet aussi d’avoir un aperçu en temps réel de différents sujets en cours de discussion sur Twitter.

La firme basée à San Francisco s’inscrit ainsi dans la lignée d’autres services de veille à destination des éditeurs: Storify, FB Techwire (par Facebook), Dataminr, Feedly, Flipboard, etc. Elle se différencie cependant, en permettant d’effectuer une recherche personnalisée assez fine. En effet, il est possible de préciser sa recherche avec des mots-clés, un fuseau horaire, une zone géographique, des auteurs, une langue…

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Twitter lance Curator, son moteur de recherches avancées multicontenus
Comment vous lancer avec succès dans l’e-commerce BtoB en 2022?
360Learning, fleuron de l’EdTech française, lève 200 millions de dollars
Stripe, la FinTech la mieux valorisée au monde, réalise sa première acquisition en Inde
Porté par Dassault Systèmes et Ubisoft, le logiciel français s’est envolé en 2020
[DECODE Quantum] À la rencontre de Frédéric Grosshans, co-directeur du Quantum Information Center Sorbonne
RH: Next Station lève 1,5 million d’euros pour favoriser le recrutement à l’étranger