Actualité

Une pilule pour avaler vos mots de passe

Lors de la conférence All Things Digital, Motorola a dévoilé son dernier projet : une pilule dotée d’une puce permettant aux utilisateurs de s’identifier automatiquement sur leurs appareils. 

Motorola vient de dévoiler son nouveau concept, à l’occasion de la conférence All Things Digital, qui s’est tenue hier en Californie : une simple petite pilule pourrait permettre aux utilisateurs de smartphones et tablettes de ne plus avoir à retenir leurs mots de passe.

Cette pilule, mise au point par le département des technologies avancées de Motorola, n’est pas un cachet ordinaire : elle contient une petite puce, qui s’active une fois arrivée dans l’estomac et envoie un signal de 18 bits qui identifie l’utilisateur sur son appareil. Celui-ci est alors dispensé d’entrer un mot de passe.

Cette technologie, que Motorola nomme «vitamine d’authentification», n’est pas encore disponible sur le marché, mais a été approuvée par la Food and Drug Administration des Etats-Unis.

L’entreprise, propriété de Google depuis 2011, a profité de la conférence pour présenter une autre technique d’authentification plutôt futuriste : un tatouage doté d’une puce, qui fonctionne sur le même principe que la pilule pour dévérouiller smartphones et tablettes.

Pour l’instant, ces petites révolutions sont encore dans une phase de gestation. Mais il se pourrait que leur utilisation soit adoptée dans un futur proche. Le fantasme du «corps connecté» va-t-il orienter les innovations technologiques des années à venir ? Les laboratoires japonais du groupe Fujitsu travaillent notamment sur un procédé permettant de numériser un document en le pointant du doigt, ou encore sur la possibilité d’enregistrer son pouls en regardant son ordinateur. A suivre…

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

7 commentaires

  1. Un signal de 18bits.. Etes vous sur ? Ca fait 260 000 combinaisons possibles sans prendre en compte la cohérence de la donnée envoyé (correction, acknowledge etc..). Etes vous sur que ce ne serait pas 18 octets ?.. même si ça reste faible.

  2. J’aime bien tout ça…on voit peu à peu la limite entre la technologie et le corps s’effacer
    Le PC dans la maison => Le téléphone portable tout le temps sur soi => le téléphone sur soi, allumé et relié à internet => les Google Glasses => Le suppositoire à mot de passe ^^
    Trop bien le futur :)
    Et sinon, elle est où la voiture qui vole qu’on m’avait promis :D

    J’ai vraiment hâte (ironie) qu’on nous mette de la technologie (facultative ! (je ne parle pas des peacemakers etc) dans le corps :)
    Scénario numéro 1 :
    « Ah non monsieur, vous ne pouvez pas payer ici avec votre implant. Vous avez la version 3.2 de chez Apple et nous nous n’utilisons que les produits Google »Scénario numéro 2 :
    « Ah non madame, vous avez besoin de nous montrer votre passeport, votre implant biologique d’identité en provenance du Guatemala n’est pas accrédité pour l’espace Shengen »

    Scénario numéro 3 :
    « Han ! Trop la loose Kevin il a changé de portable, il a pris un Samsung BIDULECHOUETTE, et il n’est pas compatible avec son implant spécial pour le Samsung TRUCMACHIN,…Ah l’abruti ! »
    And so on…

  3. Maudite connerie de pays néo libéral à l’os! Mon téléphone devrait suffir pour m’identifier…. et ça seulement si je ne la balance pas à bout de bras. L’ingérence technologique n’a plus de limite.

Une pilule pour avaler vos mots de passe
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link