ActualitéAsieBusinessInvestissementsLes levées de fondsStartupTransport

VTC : la licorne singapourienne Grab lève 200 millions de dollars pour étendre son empire en Asie du Sud-Est

Le montantApple-converted-space »> 

Après avoir amassé plusieurs centaines de millions de dollars l’an passé, Grab poursuit sa collecte sur le même rythme en 2019. L’entreprise singapourienne de VTC, qui avait frappé fort début 2018 en s’offrant les activités d’Uber en Asie du Sud-Est, vient en effet de lever 200 millions de dollars supplémentaires auprès de Central Group, un conglomérat thaïlandais qui gère des restaurants, des hôtels et plus de 30 centres commerciaux en Thaïlande. Ce dernier s’était allié en 2017 avec JD.com, numéro deux du commerce en ligne en Chine derrière Alibaba, pour créer une coentreprise de 500 millions de dollars.Apple-converted-space »> 

Grab a indiqué que cette nouvelle opération ne s’inscrit pas dans le cadre de son tour de table de 3 milliards de dollars en série H, qui repose sur un investissement de 1 milliard de dollars de Toyota, ainsi que sur des contributions de Microsoft, Booking Holdings ou encore Yamaha Motors. A ce jour, l’entreprise singapourienne a levé près de 7 milliards de dollars depuis sa création. La valorisation de la licorne est estimée aux alentours des 11 milliards de dollars, ce qui en fait la start-up la plus valorisée d’Asie du Sud-Est.Apple-converted-space »> 

Le marché

Fondée en 2012 par Anthony Tan et Tan Hooi Ling, tous deux diplômés de la Harvard Business School, Grab développe une plateforme de réservation de VTC, mais pas seulement. L’entreprise basée à Singapour a progressivement élargi son offre de services de transport pour proposer le paiement mobile, du covoiturage, des motos-taxis, des vélos en libre-service ou encore la livraison de repas. Dans la foulée de l’accord conclu avec Uber, Grab a officiellement lancé Grab Food l’an passé en s’appuyant sur l’activité d’Uber Eats en Asie du Sud-Est.

A ce jour, Grab revendique 130 millions de téléchargements de son application mobile dans les huit pays d’Asie du Sud-Est dans lesquels la société opère (Singapour, Indonésie, Malaisie, Birmanie…). Après avoir contraint Uber à jeter l’éponge en Asie du Sud-Est, Grab doit cependant continuer à faire face à des acteurs locaux. Parmi eux, Go-Jek, son rival indonésien, nourrit de fortes ambitions dans la région. Ce dernier veut chasser sur les terres de Grab, notamment en Thaïlande où Go-Jek s’est lancé fin 2018 et ambitionne de recréer son activité basée en Indonésie couvrant les VTC, le paiement mobile et de multiples services à la demande. En ce début d’année, l’entreprise indonésienne a clôturé la première partie d’un tour de table de 2 milliards de dollars qui doit lui permettre de s’étendre sur de nouveaux marchés, notamment au Vietnam, aux Philippines et à Singapour, berceau de Grab.

Les objectifs de la Start-up

Ce financement doit permettre à Grab de décupler sa force de frappe en Thaïlande, deuxième plus grande économie d’Asie du Sud-Est qui regroupe 70 millions de consommateurs. Dans ce sens, Central Group va aider la licorne singapourienne à se développer dans plusieurs régions de Thaïlande, notamment en ajoutant ses restaurants au service GrabFood, désormais déployé dans six pays d’Asie du Sud-Est, et en intégrant GrabExpress, service de logistique et de livraison de marchandises, à ses activités.

Grab : les données clés

Fondateurs : Anthony Tan et Tan Hooi Ling
Création : 2012
Siège social : Singapour
Activité : plateforme de VTC
Financement : 200 millions de dollars en janvier 2019

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This