ActualitéAffaires publiquesAmérique du nordBusinessTechTransport

Waymo vs. Uber : Google réclame finalement 1,8 milliard de dollars

C’est désormais la guerre des chiffres dans la Silicon Valley. La semaine passée, les avocats d’Uber avaient affirmé que Waymo, la filiale de Google dédiée à la voiture autonome, réclame 2,6 milliards de dollars de dommages et intérêts à Uber pour avoir volé une série de secrets commerciaux. Un peu moins d’une semaine plus tard, Waymo a finalement révélé que le montant correct était de 1,859 milliard de dollars, soit quasiment 800 millions de dollars de différence par rapport à la somme annoncée par Uber.

Dans un document remis au tribunal de San Francisco, Waymo confirme que neuf secrets commerciaux ont été compromis par Anthony Levandowski, co-fondateur d’Otto, start-up devenue la filiale de camions autonomes d’Uber et ancien ingénieur de Google qui travaillait sur le projet de voiture autonome. Toutefois, la firme de Mountain View réclame 1,8 milliard de dollars pour un seul secret commercial. Les huit autres secrets commerciaux en question sont évalués individuellement à moins de 1,8 milliard de dollars.

Par conséquent, cela signifie que Waymo limite les dommages engendrés par le vol de technologies d’Uber à la valeur de son secret commercial le plus précieux. Les avocats de Waymo précisent également le montant de 1,8 milliard de dollars a été calculé sur la base d’une estimation de «l’enrichissement injuste d’Uber issu de son appropriation illicite des secrets commerciaux». Waymo note également que les dommages et intérêts sont basés sur les prévisions de rentabilité d’Uber pour le déploiement de véhicules autonomes dans ses activités de VTC.

Procès prévu le 10 octobre 

La firme de Mountain View accuse Anthony Levandowski d’avoir téléchargé plus de 14 000 fichiers confidentiels. D’après Waymo, il aurait téléchargé au total 9,7 Go de fichiers sensibles. Ces derniers contenaient notamment des informations confidentielles relatives au système LiDAR de Waymo. Les capteurs LiDAR permettent à une voiture de détecter les véhicules, les piétons, les cyclistes et les obstacles autour d’elle. Cette technologie est basée sur l’émission de courtes impulsions de lumière laser de manière à ce que le logiciel intégré à la voiture autonome soit capable de générer une image 3D en haute définition de l’environnement autour du véhicule. «Des centaines d’ingénieurs de Waymo ont passé des milliers d’heures et notre entreprise a investi des millions de dollars pour concevoir un système LiDAR hautement spécialisé et unique», avait indiqué Waymo en début d’année. Personnage clé de l’affaire, Anthony Levandowski a été licencié par Uber en mai.

Lancée en février, la procédure judiciaire engagée par Waymo doit aboutir à un procès. Celui-ci doit s’ouvrir le 10 octobre prochain pour durer trois semaines. Cependant, les avocats de Waymo ont demandé un report du procès au 5 décembre pour trouver des preuves supplémentaires. Le juge William Alsup décidera de la date finale du procès le 3 octobre.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This