A la uneLes émissions

[We Love Entrepreneurs] Mathieu Valoatto (Curioos): « A New York, il y a une vraie solidarité entre Français »

Mathieu Valoatto a fondé Curioos en 2011, une place de marché franco-américaine dédiée à l’art. Il est parti vivre à New York afin de développer sa société outre-Atlantique. Depuis, l’équipe d’une dizaine de personnes est répartie à part égale entre la France et les Etats-Unis. Et Curioos réalise environ 60% de son chiffre d’affaires outre-Atlantique, contre 40% dans l’Hexagone.

Dans cette interview tournée à l’été 2014, le fondateur de Curioos raconte pourquoi il a fait le choix de l’expatriation et surtout quelle est l’ambiance sur place: entre Français, vis-à-vis des Américains, pour lever des fonds…

Mathieu Valoatto fait partie de la soixantaine d’entrepreneurs français de la Tech qu’a rencontré l’équipe de FrenchWeb à l’occasion du tournage du documentaire We Love Entrepreneurs.

We Love Entrepreneurs est disponible en streaming gratuitement sur Dailymotion. We Love Entrepreneurs c’est aussi un magazine en ligne consacré à la nouvelle génération d’entrepreneurs. N’hésitez pas à liker notre page Facebook!

Voir aussi :

>> [We Love Entrepreneurs] Xavier Niel: « Le prochain Google ou Facebook sera fait en France »

>> [We Love Entrepreneurs] Pascale Vicat-Blanc : «L’Inria m’a dit il y a du potentiel, pourquoi n’irais-tu pas monter ta start-up ?»

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[We Love Entrepreneurs] Mathieu Valoatto (Curioos): « A New York, il y a une vraie solidarité entre Français »
Comment les TPE/PME peuvent se saisir des opportunités créées par l’Internet des objets
Pourquoi Arkema mise sur l’électronique organique imprimée pour le futur des étiquettes intelligentes
Porté par Guillaume-Olivier Doré, le club de business angels de la Nouvelle-Aquitaine Finaqui se réinvente
Comment la vente de végétaux se fait une place en ligne
Comment l’Agence spatiale européenne recrute sa nouvelle génération d’astronautes
Quelle place pour la seconde main dans l’industrie du luxe?