A la uneActualitéAmérique du nordArts et CultureStartupTV

[We Love Entrepreneurs] Mathieu Valoatto (Curioos): « A New York, il y a une vraie solidarité entre Français »

Mathieu Valoatto a fondé Curioos en 2011, une place de marché franco-américaine dédiée à l’art. Il est parti vivre à New York afin de développer sa société outre-Atlantique. Depuis, l’équipe d’une dizaine de personnes est répartie à part égale entre la France et les Etats-Unis. Et Curioos réalise environ 60% de son chiffre d’affaires outre-Atlantique, contre 40% dans l’Hexagone.

Dans cette interview, le fondateur de Curioos raconte pourquoi il a fait le choix de l’expatriation et surtout quelle est l’ambiance sur place: entre Français, vis-à-vis des Américains, pour lever des fonds…

Mathieu Valoatto fait partie de la soixantaine d’entrepreneurs français de la Tech qu’a rencontré l’équipe de FrenchWeb à l’occasion du tournage du documentaire We Love Entrepreneurs.

We Love Entrepreneurs est disponible en streaming gratuitement sur Dailymotion. We Love Entrepreneurs c’est aussi un magazine en ligne consacré à la nouvelle génération d’entrepreneurs. N’hésitez pas à liker notre page Facebook!

Voir aussi :

>> [We Love Entrepreneurs] Xavier Niel: « Le prochain Google ou Facebook sera fait en France »

>> [We Love Entrepreneurs] Pascale Vicat-Blanc : «L’Inria m’a dit il y a du potentiel, pourquoi n’irais-tu pas monter ta start-up ?»

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[We Love Entrepreneurs] Mathieu Valoatto (Curioos): « A New York, il y a une vraie solidarité entre Français »
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link