Data Room

Winker, comment flirter sans prendre de râteaux

Issue du Startup Weekend de Lyon, Winker est une jeune startup qui propose une méthode originale pour faciliter le premier pas.

Le site propose aux utilisateurs d’envoyer une alerte (Wink) aux personnes qui leur plaisent. Les destinataires reçoivent alors un message leur signifiant que leur profil intéress quelqu’un. Winker.fr met en relation les deux personnes que si le destinataire a également « winké » l’expéditeur.

Par cette méthode, le site espère résoudre la barrière de la timidité lors du premier pas, et compte sur la curiosité des membres (envoi à l’aveugle de wink pour connaitre l’identité de l’expéditeur) pour les pousser à consommer des crédits.

A destination d’un public plutôt lycéen, le modèle économique du site repose sur la vente de crédits (winks). Pour pouvoir winker plus de 5 personnes par jour il faut acheter des « Winks » via un widget de paiement par téléphone ou SMS. 10 winks sont offerts lors de la 1ère connexion, puis 3 nouveaux winks gratuits par jours (non cumulables).

Pour rappel, un Startup Weekend est un evènement qui réuni pendant 54 heures des équipes composées de développeurs, graphistes, commerciaux, pros du marketing…. pour développer le meilleur concept de start-up. A l’issue du week-end, un jury récompense trois startups en fonction de la pertinence des idées proposées.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

9 thoughts on “Winker, comment flirter sans prendre de râteaux”

  1. Julien, je ne suis pas d’accord avec toi pour le copier/coller.
    On est sur des propositions différentes. Winker a également fait du beau travail. Bravo messieurs !

    Matthieu, Co-fondateur de Secretementvotre.com

  2. C’est moi ! Idée originale, site très propre, et ça a même matché avec une fille… bon d’accord on a triché, c’était ma copine ! J’espère que vous connaissez le succès que vous espériez !

  3. Matt, tu fais preuve d’une telle ignorance.
    Dans ce cas, lecrush est un copié / collé de crushnotifier qui lui même est un copié / collé de Waiting room. Et bien dis donc, ce qu’il faut pas entendre.

    Par ailleurs, je n’ai jamais entendu parler de lecrush, donc j’ai envie de dire : tant pis pour eux.

    Heureusement qu’il y a des gens qui arrivent à démocratiser certaines idées et certains site internet car sinon on aurait jamais eu Google/Facebook/etc…

    A bon entendeur.

  4. Bonjour Rico,

    Je ne sais qui tu es.

    Bien entendu que LeCrush est inspiré du Notifier, mais une bonne imitation n’est-elle pas une nouvelle invention ?

    Je ne critique pas Winker, bien au contraire, je regrette simplement que ces entités comme les Startup WE puissent mettre en avant des concepts ayant 2 ans à l’étranger ou 1 an dans leur propre pays. Il serait bon d’appuyer les recherches sur l’environnement concurrentiel, ou au moins de benchmarker.

    Encore une fois, je ne suis pas dans la critique négative, je suis le premier supporter de ces réunions, fondamentales à mes yeux, surtout en France, pour booster les projets intelligents et novateurs.
    Moi-même pur produit du fund raising, je suis convaincu.

    Je regrette, comme toujours un ‘jumelages’ entre certains incubateurs, start-upers ou autre blogueur influencé en pleine auto-fellation.

    A l’image de l’absence de capital risk, ce comportement est franco-français.

    Même si je trouve Winker intéressant, ta comparaison de la portée du projet à Facebook et Google manque un soupçon d’humilité…. Je mets ça sous le coup de la fougue.

    Pour te situer, LeCrush.com, c’est plus de 400.000 membres cette année, et un nouveau business model qui positionne le service 100 % gratuit et illimité. A priori, cela devrait booster les interactions.
    Tu dis ‘tant pis pour eux’, je te souhaite simplement d’avoir une fois une seule, le même bilan comptable…

    Tu dis de moi faire preuve d’une ‘telle ignorance’, je reste à ta dispo pour approfondir ce point là.
    Je suis comme une éponge, en perpétuel apprentissage.
    Je n’ai pas de certitudes, que des convictions.

    Matthieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This