Data RoomRetail & eCommerce

Wondercity, un site « made by maman » pour les parents

Fondé par deux mères de famille, Anne-Laure Corrot et Maïa Tabo Birn, Wondercity est un site dédié aux parents. Une site « made by maman » qui regroupent les meilleures activités pour occuper et éveiller ses enfants.

Wondercity se positionne à l’intersection de 3 concepts forts sur Internet : le contenu, la communauté, le commerce.

Toutes les activités recensées sont classées en fonction d’attributs essentiels dans le choix des parents (âge, sexe, tempérament, budget…) et propose une lecture simplifiée par un classement en type d’activités.

Ce nouveau site a été conçu autour d’une dimension sociale pour inciter les membres a partager leur avis. On y retrouve des fonctionnalités de commentaires, de notations ou encore de messagerie interne. Petite touche « social gaming », des badges sont également attribués en fonction de l’activités de chaque membre.

Wondercity propose également un système d’offres commerciales. Intitulées « les Wonderful deals du jour », ces offres sont négociées de manière exclusive avec les prestataires d’activités recensés sur le site.

Lancé il y a un mois en version beta, ce site se révèle être une mine d’informations et de partage, entre bons plans et idées d’activités, au service de l’éveil et des loisirs de vos enfants (de 0 à 12 ans).

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Wondercity, un site « made by maman » pour les parents
Les géants du luxe LVMH, Prada Group et Cartier s’allient pour créer leur plateforme blockchain
Potions
E-commerce: Potions lève 1,3 million d’euros auprès de Side Capital pour sa solution sans-cookies
Comment Sidetrade s’est imposé comme l’une des références mondiales du cycle order-to-cash
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Amazon s’ancre un peu plus en Inde avec un fonds de 250 millions de dollars pour les startups
Alibaba minimise son amende de 2,3 milliards d’euros et flambe en Bourse