ActualitéArts et CultureBusinessInvestissementsLes levées de fondsTech

XAnge Private Equity injecte près de 1,5 M d’euros dans le britannique The Currency Cloud

XAnge Private Equity, filiale de capital risque de La Banque Postale, vient d’annoncer un investissement de près de 1,5M € (1,2M GBP) dans le britannique The Currency Cloud.

Au total, la société a levé, entre le début de l’année et l’été 2012, près de 7M € (5,7M GBP) auprès des fonds Atlas Venture, Notion Capital, Anthemis et XAnge Private Equity.

Créée en 2009 le service édite une plateforme dans le cloud, spécialisée dans l’automatisation des transferts internationaux et de change de devises.

Grâce à cette augmentation de capital, The Currency Cloud compte accélérer sa croissance, notamment en Europe continentale, mais également poursuivre les développements technologiques de la plateforme de transferts.

The Currency Cloud est le 3ème investissement du fonds français XAnge Capital 2, dont le premier closing a eu lieu en décembre 2011 pour 60M €. Basée à Paris et Berlin, la nouvelle entité est destinée à investir dans les innovations favorisant les échanges numériques.

En mai dernier, XAnge Private Equity avait annoncé sa première sortie en Allemagne avec la revente, pour un montant non dévoilé, de la start-up Iptego, spécialisée dans les services de VoIP.

Parmi ces dernières opérations en France, on retrouve : Mobiles RepublicRoyal Cactus, Kiss Kiss Bank Bank ou encore la place de marché Alittlemarket.com et la société Mixcommerce. 

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
XAnge Private Equity injecte près de 1,5 M d’euros dans le britannique The Currency Cloud
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link