ActualitéAmérique du nordBusinessTech

Y Combinator renonce à ses ambitions en Chine

Quelques mois après avoir réussi à débaucher Qi Lu, alors COO de Baidu, pour superviser sa nouvelle entité Y Combinator China, l’accélérateur américain annonce qu’il met finalement fin au projet.

«Alors que nous travaillions pour établir YC China, nous avons changé de leadership. Avec cela, notre stratégie est revenue à notre approche éprouvée consistant à soutenir les startups locales et internationales à partir de notre siège social situé dans la Silicon Valley», explique Y Combinator dans une note de blog. Le changement en question est le départ du président Sam Altman, qui a depuis été remplacé par Geoff Ralston. Mais est-ce vraiment la seule raison?

Difficile de ne pas se demander si ce rétropédalage n’est pas un autre signe de la difficulté pour les entreprises américaines de faire des affaires en Chine sur fonds de guerre commerciale entre les deux pays. Contacté pour plus d’informations, Y Combinator n’est pour l’instant pas encore revenu vers nous.

MiraclePlus, le nouvel accélérateur de Qi Lu

«La Chine a été une pièce manquante importante de notre puzzle, l’énergie et le talent des entrepreneurs y sont d’une force incroyable», commentait Y Combinator lors de l’annonce de la création de son bureau chinois en août dernier. Dans ce nouveau contexte, qu’advient-il de Qi Lu, ingénieur très estimé dans le milieu de la Tech, notamment passé par Microsoft où il a, entre autres, participé au lancement de Bing?

Ce dernier va lancer son propre accélérateur, MiraclePlus, qui financera des startups chinoises en Chine. Tandis que de son côté Y Combinator encourage toujours les entreprises chinoises à postuler à son programme, mais celles-ci devront se rendre au sein de son programme US.

Pour rappel, Y Combinator revendique 2 000 entreprises financées depuis sa création en 2005 par Paul Graham, Jessica Livingston, Robert Morris, Andrew Levy et Trevor Blackwell. Deux fois par an, l’accélérateur sélectionne une promotion de startups en phase de démarrage qu’il finance à hauteur de 150 000 dollars. On peut citer des succès comme Airbnb, Stripe, Dropbox ou encore DoorDash.

Tags

Innocentia Agbe

Journaliste @FrenchWeb.fr et @LeJournaldesRH. Merci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction.frenchweb@decode.media
Y Combinator renonce à ses ambitions en Chine
Comment Quibi veut devenir l’alternative principale à Netflix sur mobile
HR Tech : la fusion de Kronos et Ultimate Software fait naître un nouveau géant sur le marché
Startups françaises: l’argent investi par les fonds ne donne toujours pas de sorties significatives
Google
Rachat de Fitbit par Google: le régulateur européen s’inquiète pour les données personnelles
[DECODE FoodTech] Deliveroo Editions: quel est l’impact des «dark kitchens» sur la restauration ?
[DECODE] Ce que dit la tribune de Mark Zuckerberg sur la stratégie adoptée par Facebook
Copy link