Tech

Yammer : réseau social interne

Yammer, crée en 2008 et racheté 1,2 milliard de dollars en juin 2012 par Microsoft, se présente comme un véritable réseau social à destination des entreprises.

bandeau yammer

Sorte de Facebook interne, le réseau social est enrichi de fonctionnalités le faisant évoluer entre organigramme et espace de travail numérique. Il suffit pour y accéder d’une connexion Internet et se trouve sur mobile et tablette.

Les fonctionnalités de Yammer :

  • Les employés disposent d’un profil présentant leur identité et fonction, leurs compétences, les sujets publiés sur leurs murs. Les employés peuvent mettre en avant des profils ou conversations, discuter par mail ou en instantanée, se constituer en groupe…Un vrai réseau social
  • Permet de créer, stocker et partager des documents Word, Powerpoint ou PDFs.
  • Peut être completé par un grand nombre d’outils, de Microsoft Dynamics à PlanView en passant par Twitter…

Le +: Sa fonction recherche qui permet de retrouver des employés selon leurs compétences, des documents mis en ligne mais aussi des conversations par mots-clefs.

Tarifs: Outre la formule freemium, il existe une version payante à 3€ par mois et utilisateur qui renforce la sécurité, les options d’administration et les possibilités d’intégration d’outils. Yammer est aussi disponible avec Microsoft Sharepoint et Microsoft Office 365 pour respectivement 4 et 8€ par mois et utilisateur.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Yammer : réseau social interne
Télétravail: quelles sont les principales mesures validées par la majorité des partenaires sociaux?
General Electric s’apprête à supprimer près de 300 postes en France
Blast, un programme soutenu par Starburst qui veut faire exploser les startups françaises du spatial
Salesforce pourrait bientôt racheter la messagerie d’entreprise Slack
Powerup
CleanTech: PowerUp lève 5 millions d’euros auprès d’EDF et Supernova Invest
Cumul.io lève 3,5 millions d’euros auprès d’Axeleo Capital, LRM et SmartFin