A la uneActualitéTech

Zoom sur Bangalore, la Silicon Valley indienne aux 500 startups

Après le Kenya et Singapour, cap sur le Sud-Est de l’Inde pour continuer notre tour du monde des « autres Silicon Valley ». 

C’est à juste titre que Bangalore est surnommée depuis plusieurs années la «Silicon Valley Indienne». Forte de 6,5 millions d’habitants, capitale du Karnataka (Etat situé au Sud-Est de l’Inde) la ville a axé son développement sur le secteur des hautes technologies.

Un nombre important de grandes entreprises américaines et européennes de la high tech sont venues s’y implanter au cours de la dernière décennie, attirées par une main d’oeuvre peu coûteuse et très qualifiée. A Bangalore se trouvent ainsi les filiales indiennes de Google, Microsoft, Yahoo!, Amazon, Dell, HP ou encore IBM.

La ville accueille également les sièges sociaux des fleurons de l’informatique indienne, Infosys et Wipro. Ces deux entreprises emploient respectivement 155 000 et 135 000 personnes, pour un chiffre d’affaires de 5,2 (Infosys) et 4,2 milliards d’euros (Wipro). Le campus d’Infosys à Bangalore (voir photo ci-dessous) est une véritable petite ville : ses 20 000 employés y trouvent des boutiques, restaurants et autres clubs de fitness, et même un un terrain de golf.

infosys

Ces géants de l’IT sont concentrés dans les deux hubs technologiques de la ville, l’Electronic City et l’International Tech Park Bangalore (voir photo ci-dessous). Ces parcs sont le résultat d’initiatives publiques : l’Electronic City a été construite à la fin des années 1970 par Keonics, un organisme gouvernemental qui avait pour mission de soutenir le développement des TIC. Elle regroupe aujourd’hui près de 200 entreprises, réparties sur 1,3 km2. L’International Tech Park Bangalore, développé par Ascendas (société spécialisée dans l’immobilier d’entreprise), a été ouvert en 1998 et accueille plus de 230 entreprises. A la fin des années 2000, le gouvernement du Karnataka a mis en place un «IT corridor», couloir technologique reliant l’Electronic City à l’International Tech Park.

itpbtopblr

[tabs]

[tab title= »Les chiffres-clés de la high tech à Bangalore »]

  • L’Inde compte 100 millions d’internautes
  • Bangalore est le 4e centre technologique du monde
  • La ville exporte 36% des logiciels indiens
  • Bangalore regroupe près de 500 startups
  • 35% des salariés du secteur informatique indien travaillent à Bangalore
  • 10% des ingénieurs informatiques indiens sont employés à Bangalore
  • La ville accueille plus de 700 centres de R&D de multinationales
  • Les startups basées à Bangalore sont 24% plus susceptibles d’être monétisées  que celles de la Silicon Valley

[/tab]
[/tabs]

Un écosystème start-up dynamique

Bangalore, qui compte environ 500 startups à l’heure actuelle, est une place de choix pour les entrepreneurs et les investisseurs. D’après une étude publiée en 2012, la ville est considérée par 35% des entreprises indiennes comme l’endroit idéal pour lancer son business dans le pays.

Signe de cette ébullition, de nombreux événements sont organisés à Bangalore pour promouvoir l’esprit d’entreprise : on peut citer le Startup Festival IndiaStartup City, qui s’est tenu du 7 au 10 mars dernier ; ou encore Startup City, une rencontre qui promet de mettre en avant les inventions de pointe des ingénieurs et autres « geeks », dans le but de valoriser la culture de l’innovation en Inde. La prochaine édition de Startup City aura lieu ce samedi 22 juin.

Tour d’horizon des principaux incubateurs et accélérateurs basés à Bangalore

Bangalore compte un certain nombre d’investisseurs et d’accélérateurs qui apportent leur soutien aux startups de la région. Parmi les plus connus, on peut d’abord citer l’Azure Accelerator de Microsoft. Lancé en 2012, l’accélérateur propose aux jeunes pousses un programme de 4 mois. Les startups qui y participent disposent de locaux, et se voient offrir des logiciels et des outils de développement gratuits.

Khosla Labs est un autre incubateur, fondé par Srikanth Nadhamuni, un investisseur passé par la Silicon Valley. Il se donne pour mission de créer des prototypes pour les tester sur le marché indien : les entrepreneurs peuvent y voir une opportunité de mettre en forme leurs idées, tout en contribuant grandement à l’innovation technologique en Inde.

Le fonds et incubateur AngelPrime a été lancé en 2011 par un groupe d’entrepreneurs ayant à leur actif plusieurs startups en Inde et dans la Silicon Valley. Domaines de prédilection : le e-commerce, l’internet mobile et les applications pour tablettes et smartphones. AngelPrime promet à ses startups un capital d’amorçage d’une valeur comprise entre 150 000 et 375 000 euros.

Enfin, on peut mentionner Kyron, fonds et accélérateur doté de 37 millions d’euros, dont les startups reçoivent un financement initial d’environ 75 000 euros. Les fondateurs de Kyron viennent d’horizons très divers : à côté de l’investisseur indien Lalit Ahuja, on trouve le suisse Kohn Cook, et le franco-américain Larry Glaeser. Lancé fin 2012, Kyron a financé un premier groupe de 10 startups indiennes en février dernier.

[tabs]

[tab title= »Zoom sur cinq startups »] 

Filpkart : Fondée en 2007, Flipkart est une plateforme de e-commerce. A ses débuts, les internautes n’y trouvaient que des livres, puis elle s’est tournée vers une plus grande variété de produits, dont les appareils électroniques. Ses fondateurs, Sachin et Binny Bansal, travaillaient chez Amazon avant de monter leur start-up. En 2011-2012, son chiffre d’affaires a atteint 65 millions d’euros. Flipkart vend en moyenne vingt produits par minute.

Capture d’écran 2013-06-19 à 18.19.33

RedBus : Né en 2006, RedBus est le plus grand site indien de vente en ligne de tickets de bus. La start-up possède également des points de vente physiques. RedBus a franchi le seuil des 10 millions de tickets vendus en juillet 2012. Le site compte plus de 2 millions d’inscrits. En mai dernier, la start-up a lancé ses premières publicités à la télévision.

Capture d’écran 2013-06-19 à 18.22.15

TopTomato : Ce supermarché en ligne a été lancé en septembre 2012. Son catalogue compte plus de 60 000 produits de grande consommation et 330 marques différentes. TopTomato livre ses clients en moins de 24 heures, et propose un service de livraison périodique à partir d’une liste de produits établie par l’utilisateur. Les deux fondatrices de TopTomato, Sananda Misra et Sneha Roy, sont issues de formations d’ingénieurs.

shutterstock_125207885

CloudMagic : Fondée en 2010, la start-up CloudMagic est spécialisée dans les solutions de gestion des données, en BtoB et en BtoC. CloudMagic compte plus de 2,5 millions d’utilisateurs, répartis dans plus de 100 pays différents. Ses solutions permettent notamment de rechercher rapidement des informations sur Facebook, Twitter, Gmail, Evernote et plus.

Capture d’écran 2013-06-20 à 10.31.18

Crederity.com : Lancé en 2007, Crederity est un programme de vérification et de certification en ligne, pour prévenir les fraudes. Ses solutions s’adressent aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises, qui peuvent notamment vérifier le CV des candidats à l’embauche. La start-up compte actuellement 60 employés. Ses deux fondateurs, Rakesh Antala et Alex Mittal, sont issus d’une école de commerce.

shutterstock_110461937

[/tab]

[/tabs]

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

11 thoughts on “Zoom sur Bangalore, la Silicon Valley indienne aux 500 startups”

  1. Air Compressor
    Parts

    Prime Corporation is manufacturers and
    dealer of Air Compressor replacement parts & Tune up kits for Ingersoll
    Rand Air Compressors (Type-40, Type-30, ESV, ESH, IHE, XLE, LLE, HHE, HSE)
    and Atlas Copco Air Compressors XA, GA & GX series. We keep thousands of
    parts in our stock. We are one of the leading wholesaler for Air Compressor
    & Parts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This