ActualitéBusinessRetail & eCommerce

1855 en redressement judiciaire : fini la vie de château

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Le site, qui va pouvoir continuer à commercialiser ses vins, n’hésite pas à pointer du doigt ses clients.

Surprise dans le secteur du ecommerce. La société Héraclès, plus connue sous le nom de 1855, spécialisée dans la vente de vin en ligne a été placée en redressement judiciaire par le Tribunal de Commerce de Paris lundi 7 octobre au soir.

Une procédure de redressement judiciaire devrait être ouverte par la suite alors que l’entreprise avait déjà tenté de lancer une procédure de sauvetage en souhaitant se placer sous  la protection du tribunal de commerce.

Dans un communiqué, Héraclès n’hésite pas à pointer du doigt ses clients pour justifier ses difficultés en précisant que « ceux qui avaient obtenu des astreintes et pénalités importantes absorbaient les ressources financières de l’entreprise et faisaient retarder d’autant les livraisons des clients les plus patients », alors que 21 000 de ses bouteilles avaient été saisies à Bordeaux en juillet dernier avant d’être mises en vente aux enchères. Or l’e-commerçant n’aurait honoré que très peu de ces astreintes selon la Revue du vin de France.

Boursier.com précise que l’activité Primeurs étant la seule conservée par Héraclès, les filiales opérationnelles du groupe – 1855 ec, ChateauOnline, Caves de la Transat et Cave Privée – ne sont selon le communiqué « aucunement concernées par cette procédure et poursuivent donc de façon autonome leur activité de vente de vins ».

Cependant, plusieurs centaines de clients ne sont pas livrés. En attendant, ils disposent d’un délai de deux mois pour formuler leur demande de remboursement sans quoi il sera trop tard.

En dépit de cette mise en redressement, le site de vin en ligne va pouvoir continuer à commercialiser ses vins. C’est l’administrateur en charge du redressement de l’entreprise qui sera désormais en charge de trouver une solution pour rembourser les prêteurs.

Côté concurrence, le site vente-privee.com, plus gros vendeurs de vins en ligne en France avec 2 millions et demie de bouteilles vendues en France en 2012 pour un chiffre d’affaire de 30 millions d’euros, et qui a annoncé lundi l’ouverture d’un entrepôt dédié à la logistique du vin vers Beaune, devrait voir sa position se conforter.

1999 : création
1999 : lancement du site internet 1855.com
2010-2011 : Rachat de Cave-privée et ChateauOnline
2012 : plus de 25 000 vins référencés

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

8 commentaires

  1. LaurentBristiel : aie ! c’est davantage un souci de gestion de la boite qu’un souci du secteur du vin/bière sur Internet ;) cc frenchweb

  2. jonathanbonzy indeed. La gestion financière d’une boite n’est pas ce qu’il y a de plus facile…

  3. les sites sont toujours en ligne !! drole de justice kan meme !! encore des piegons qui se font pigeonner par un ancien HEC !!! fils a papa qui n’ira pas loin !! la racaille on la trouve aussi dans la haute société !!

  4. NicolasdeRouyn C’est pas encore fini donc, on va se consoler en se disant que c’est une 1ère étape ;-)

  5. No big surprise : 1855 a toujours été gérée en dépit du bon sens. Il suffit d’y avoir fait un seul achat pour s’en convaincre.

Bouton retour en haut de la page
1855 en redressement judiciaire : fini la vie de château
[Reportage] Coliving : dans les coulisses de La Casa
Zendesk Forum Paris : L’art de réinventer la relation client
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
Comment Rosaly veut démocratiser l’acompte sur salaire en France
[Silicon Carne] AgTech : le futur de la food
[Série F] Contentsquare lève 600 millions de dollars et double sa valorisation à 5,6 milliards

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media