ActualitéCrowdfunding

3% des (très) petites et moyennes entreprises ont déjà eu recours au crowdfunding

EN CHIFFRES – Seuls 7% des Français auraient déjà donné, prêté ou investi de l’argent sur une plate-forme de financement participatif d’après un sondage* réalisé par l’institut Think pour Lendopolis (une plate-forme créée par les fondateurs de KissKissBankBank pour les PME) et le Conseil supérieur de l’ordre des experts comptables dont les résultats viennent d’être rendus public.

Si cette méthode de financement par la foule inventée sur Internet est de plus en plus connue de la population – 66% des sondés connaissent -, cela ne signifie pas pour autant que l’engouement est national. Cela viendra-t-il ? Peut-être, à en croire les 47% de répondants ayant déclaré envisager pour le futur d’investir de l’argent sur une plate-forme de ce type (prêts rémunérés).

Du côté des entrepreneurs, 76% des dirigeants de TPE-PME connaissent cette méthode de financement, seulement 3% disent avoir déjà collecté de l’argent sur ce type de plate-forme pour se financer. Combien du côté des projets innovants? Le sondage ne le dit pas, dommage…

*Cette enquête a été mené auprès d’un échantillon de 1 016 personnes représentatif de la population française adulte et de 317 TPE-PME à l’occasion du Salon des Entrepreneurs. Les questionnaires ont été administrés du 9 au 15 décembre 2014.

Lire aussi:
>> [Start Me Up] Bien choisir sa plate-forme de crowdfunding

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Bouton retour en haut de la page
3% des (très) petites et moyennes entreprises ont déjà eu recours au crowdfunding
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya
[Build Up] Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux