ActualitéStartup

[3 questions à] Jean-David Chamboredon, Isaï: « Le plan PEA pour les PME n’est pas un « choc » mais le message est bon »

Le Ministre de l’Economie Pierre Moscovici a officialisé ce lundi le lancement du plan PEA pour les PME et ETI de 75 000 euros, et relevé le plafond du PEA actuel de 132 000 euros à 150 000 euros. Le plan, qui proposera une exonération de la fiscalité sur les dividendes et les plus-values après 5 ans comme un PEA classique, sera effectif dès 2014.

Jean-David Chamboredon, le CEO du fonds des entrepreneurs internet Isaï, et fer de lance du mouvement Les Pigeons, réagit à l’annonce du Ministre de l’Economie.

[FW] Le Ministre parle d’un « choc positif, un choc de financement et d’attractivité pour les PME et ETI ». Croyez-vous que cette mesure soit un « choc »?

Jean-David Chamboredon: Parler de « choc » est certainement très exagéré car le montant maximal retenu est somme toute assez modeste. Je parlerais plutôt d’un encouragement à l’investissement dans les PMEs/ETI. Le mécanisme retenu n’est pas idéal, le montant retenu est faible mais le message est bon !

[FW] Quelle perspective pour les startups de l’innovation ? 

Jean-David Chamboredon: Il est probable que quelques « friends & family » ou « business angels occasionnels » profiteront de ce nouveau compartiment et de l’augmentation du plafond du PEA pour investir dans de nouvelles startups. On peut donc penser que cela aura une influence positive sur les tous premiers tours de table de certaines start-ups. Ceci devrait cependant avoir un impact assez limité.

Lors des Assises de l’entrepreneuriat, j’avais fait partie des supporteurs du « Compte Investisseur Entrepreneur » qui, contrairement, au PEA n’était ni plafonné, ni exonéré de taxation sur les plus-values mais aurait profité d’un sursis d’imposition sur les plus-values tant que les sommes investies seraient restées investies dans ce compte. Ce CIE aurait eu, lui, un impact bien plus fort sur le monde des start-ups car c’eut été l’outil idéal pour les business angels ou les serial entrepreneurs…

[FW] Croyez-vous à de nouveaux profils d’épargnants dans les PME et ETI ? Pensez-vous que les banques vont jouer le jeu ?

Jean-David Chamboredon: Il reste peu probable que cela draine de nouveaux investisseurs (mot que je préfère à « épargnants » dans ce contexte) en nombre car 1/ peu de Français ont l’occasion d’investir en direct dans une start-up/PME,  2/ les banques ont, pour la plupart, un processus de gestion très lourd pour un investissement non côté dans un PEA et 3/ les banques ne peuvent pas jouer leur rôle de conseil sur du non-côté.

On peut, par contre, penser que certains épargnants seront encouragés par les banques à investir sur les « small caps » cotées en bourse. Si les introductions en bourse ou augmentations de capital sur le marché boursier reprenaient pour ces « small caps », alors on aurait véritablement de l’argent frais investi dans l’économie réelle…

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[3 questions à] Jean-David Chamboredon, Isaï: « Le plan PEA pour les PME n’est pas un « choc » mais le message est bon »
Grâce au cloud, Microsoft surpasse les attentes du marché
Quels enjeux pour Twitter, Facebook et Google face au Sénat américain?
Accenture s’apprête à acquérir le cabinet OpusLine pour se renforcer dans la santé
HR Tech: les annonces qu’il ne fallait pas manquer depuis juin
Puces informatiques: dans un secteur en ébullition, AMD acquiert Xilinx pour 35 milliards de dollars
Vinted poursuit sa conquête de l’Europe avec le rachat de son concurrent United Wardrobe