ActualitéBusinessInvestissementsJeux VideoLes levées de fondsStartup

A l’occasion d’une levée de fonds, Jérôme Arnaud prend la direction de la startup Blade

Pendant que les GAFA mobilisent les grands moyens pour s’offrir la plus grosse part du gâteau sur le marché du cloud gaming, la start-up française Blade est également de la partie, avec des moyens plus modestes mais une énergie que n’ont peut-être pas ses concurrents. Pionnière dans ce secteur, la société annonce aujourd’hui un nouveau tour de table de 30 millions d’euros auprès de ses investisseurs historiques, à l’image de l’homme d’affaires thaïlandais Nick Suppipat, et fait également entrer à son capital Marc Simoncini, Philippe Lazare (ancien PDG d’Ingenico) ou encore Serena via son fonds V13 Invest spécialisé dans le divertissement.

Parmi les investisseurs, on retrouve aussi l’entreprise alsacienne 2CRSi, spécialisée dans la conception et la fabrication de serveurs informatiques. Dans le cadre de ce tour de table, 2CRSi a pris une participation de 2 millions dans Blade, un investissement réalisé par conversion de créances. A noter que l’entreprise française spécialisée dans le cloud gaming est le principal client de 2CRSi. Or fin septembre, la société alsacienne avait subi un lourd revers boursier après avoir publié des résultats trimestriels décevants, pénalisés par des reports de commandes, notamment de la part de Blade.

Début octobre, Marie de Lauzon, directrice générale de 2CRSi, avait réagi en indiquant à Boursier.com que Blade n’avait «pas renouvelé ses commandes au même niveau que l’an passé, pour des raisons internes», à savoir une levée de fonds, celle annoncée aujourd’hui. Auparavant, Blade avait levé 51 millions d’euros en juin 2017 pour accélérer la production de son ordinateur dématérialisée et développer son offre à l’international.

Jérôme Arnaud, actionnaire historique 

Ce nouveau tour de table s’accompagne d’une réorganisation de la gouvernance de l’entreprise. En effet, Blade a annoncé l’arrivée de Jérôme Arnaud, ancien patron de la marque suédoise Doro spécialisée dans les téléphones destinés aux seniors, au poste de directeur général. Ce dernier est d’ailleurs l’un des investisseurs de la première heure de Blade aux côtés de Pierre Kosciusko-Morizet (PriceMinister) et de Michaël Benabou (Vente Privée).

De son côté, Emmanuel Freund ne quitte pas l’entreprise. Il est chargé de définir le cap à suivre par la société en qualité de Chief Strategy Officer. «L’arrivée de Jérôme Arnaud va me permettre de me consacrer davantage à la vision et au futur de l’entreprise», indique-t-il.

70 000 utilisateurs, contre 100 000 attendus avant 2019 

Avec ces 30 millions d’euros supplémentaires, l’accélération s’annonce cette fois encore plus conséquente, d’autant que Blade a signé un partenariat avec OVHcloud pour décupler la puissance des serveurs en ligne permettant le fonctionnement de sa solution «Shadow». Alors que le cloud gaming est en plein essor, l’apport technique de la licorne française est plus que bienvenu pour donner à Blade les armes nécessaires pour gagner du terrain à l’international. A ce jour, OVHcloud, qui ne veut pas vivre le fiasco du cloud souverain, compte 30 data centers dans 12 villes à travers le monde.

Fondée en 2015 par Emmanuel Freund, Acher Criou et Stéphane Héliot, l’entreprise française, qui compte 200 employés à Paris et San Francisco, revendique désormais 70 000 utilisateurs pour son ordinateur dématérialisée hébergé dans le cloud, encore loin des 100 000 attendus avant 2019. Avec Blade, tous les composants de l’ordinateur sont stockés dans un data center. De cette manière, l’utilisateur a accès à un ordinateur n’importe où et sur n’importe quel terminal (smartphone, tablette, TV…), tant qu’il est connecté à Internet. Shadow prend la forme d’une application disponible en ligne ou d’un petit boîtier auquel il est possible de brancher sa souris et son clavier. 

Le cloud gaming, un marché à 2,5 milliards de dollars en 2023

Jusque-là accessible pour une trentaine d’euros par mois, le service sera désormais proposé aux utilisateurs au travers de trois offres d’abonnement différentes, comprises entre 12,99 euros et 39,99 euros, l’offre la plus chère permettant logiquement de profiter d’une expérience plus aboutie avec une meilleure qualité d’image, un processeur plus puissant et une capacité de stockage plus grande. Avec ces nouvelles formules, Blade espère tirer son épingle du jeu sur un marché du cloud gaming qui devrait peser 2,5 milliards de dollars en 2023, contre à peine 387 millions de dollars l’an passé, selon une étude d’IHS Markit.

La bataille dans le secteur est en train de s’intensifier, notamment avec le lancement par Google de la plateforme de jeux vidéo en streaming Stadia le 19 novembre prochain. Celle-ci sera accessible dans 14 pays, dont la France, avec un catalogue d’une trentaine de jeux pour débuter. Dans le même temps, Microsoft s’apprête à lancer sa plateforme de cloud gaming xCloud. Une concurrence qui n’effraie pas outre-mesure Emmanuel Freund, co-fondateur de Blade : «On a été les premiers à montrer que le cloud gaming fonctionne. D’autres acteurs nous ont suivi : à nous de montrer que nous restons pionniers, innovants, à la pointe de la Tech, et fiers de porter les valeurs d’une start-up française dans le monde.» Dans la même veine que Blade, la France peut aussi compter sur le Rennais Blacknut qui développe un service de distribution de jeux vidéo dans le cloud.

Blade : les données clés

Fondateurs : Emmanuel Freund, Acher Criou et Stéphane Héliot
Création : 2015
Siège social : Paris
Secteur : Jeux vidéo
Activité : ordinateur spécialement conçu pour le cloud gaming
Effectifs : 200 collaborateurs


Financement : 30 millions d’euros en octobre 2019, 51 millions d’euros en juin 2017…

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
A l’occasion d’une levée de fonds, Jérôme Arnaud prend la direction de la startup Blade
The Garage, l’incubateur de Cyril Paglino pour créer un écosystème blockchain de référence en Europe
Instagram
Reels, l’arme d’Instagram pour contrer l’ascension fulgurante de TikTok
Comment les indépendantistes catalans usent du numérique contre Madrid
Glyphosate, pesticides: un rapport parlementaire plaide en faveur d’une centralisation des données
FinTech: Revolut continue de recruter des têtes d’affiche de la finance
Pourquoi Balderton Capital lance un nouveau fonds de 400 millions d’euros
Share via
Copy link