ActualitéComTech

AdBlock Plus: « Nous ne menons pas une croisade anti-publicités »

[tabs]

[tab title= »Le contexte »]

Eyeo est à l’origine d’Adblock Plus (ABP), une solution utilisée pour bloquer les dispositifs de tracking, les logiciels malveillants et les publicités intrusives sur le web. Eyeo est récemment devenue la cible, en France, de critiques de la part de l’industrie de la publicité et de l’édition en ligne, en particulier au sujet de son initiative «Publicités Acceptables» et la «liste blanche». Ces critiques (notamment lors du Frenchweb Day Media 2015) ont apparemment provoqué une certaine surprise chez Eyeo qui prétend œuvrer pour le bien de tous.

Eyeo dit croire en la liberté d’expression et accepte que ses actions puissent être critiquées. Mais selon elle, un débat constructif et équitable ne peut avoir lieu que si les faits sur lesquels porte la discussion sont vrais et non pas déformés. Les réponses de Kai Recke, general counsel manager à Eyeo.

[/tab]

[/tabs]

Frenchweb: Comment fonctionne exactement Adblock Plus ?

Capture d’écran 2015-05-22 à 16.11.58Kai Recke, general counsel manager: Adblock Plus permet aux internautes d’empêcher l’entrée et/ou l’affichage sur leurs ordinateurs des éléments qu’ils ne veulent pas accueillir et/ou voir sur leurs écrans comme, par exemple, les dispositifs de tracking et les publicités intrusives. C’est l’utilisateur qui décide seul de ce qu’il souhaite bloquer en choisissant les filtres rédigés par lui-même ou par la communauté des utilisateurs du logiciel ABP. Puisque tous les utilisateurs ne s’y connaissent pas forcément en matière de rédaction de filtres, il existe des listes de filtres prêtes à l’emploi, rédigées par des tiers, qu’ils peuvent utiliser : par exemple EasyList, une liste standard, qui comprend des filtres pour les éléments que la plupart des internautes veulent bloquer, ou encore Easy Privacy qui cible plus spécifiquement les dispositifs de tracking.

Ce qui fait d’Adblock Plus un bloqueur de pub si populaire, c’est qu’il n’a pas une approche «tout ou rien». Contrairement à d’autres bloqueurs de pub présents sur le marché, nous ne menons pas une croisade anti-publicités. D’après les retours que nous avons des internautes, nous sommes persuadés que beaucoup de nos utilisateurs sont prêts à accepter la présence de publicités sur Internet si elles ne transforment pas leur navigation en une virée dans la benne à ordure. C’est pourquoi nous avons créé l’option «Whitelist», une fonctionnalité que l’utilisateur peut désactiver ou conserver comme il le souhaite et qui permet à ce que nous appelons les Publicités Acceptables d’être visibles pour nos utilisateurs. Nous informons tous les utilisateurs d’Adblock Plus, avant et après toute installation, de la possibilité qu’ils ont de désactiver ou non cette option.

Nous pouvons admettre que certains critiquent notre produit mais nous pensons que ces critiques sont principalement fondées sur une mauvaise conception de ce que nous faisons et de ce que sont nos valeurs. Notre approche «Whitelist» est conçue pour le bénéfice de tous.

Qui décide de ce qu’est une «publicité acceptable» et comment fonctionne la Whitelist ? Doit-on payer pour y être répertorié? 

Tout d’abord, qui décide de ce qu’est une publicité acceptable? La communauté de nos utilisateurs exprime son point de vue par plusieurs moyens: cela peut être un sondage d’opinion, le forum…. Toute personne intéressée peut rejoindre cette communauté et donner son opinion. Les critères d’évaluation d’une publicité acceptable émergent des retours émis par les utilisateurs et sont accessibles au public. En outre, nos utilisateurs valident cette initiative chaque jour en utilisant notre logiciel et en décidant de ne pas désactiver l’option «Publicité Acceptable». Si les critères d’évaluation laissaient passer la publicité intrusive, les utilisateurs ne feraient pas ce choix et le compromis échouerait. Ces critères ne sont pas gravés dans le marbre et peuvent évoluer en fonction de la façon dont ils sont perçus par la communauté d’utilisateurs. Si certains éditeurs ou autres intervenants estiment que ces critères sont injustes ou non pertinents, ils sont plus que bienvenus à participer au forum ou à utiliser tout autre moyen pour nous indiquer comment potentiellement améliorer les choses. Nous serions très heureux d’entendre leur point de vue et d’en discuter avec eux. D’un point de vue général, nous pensons qu’une telle approche, bien menée, serait bénéfique pour tout le monde. Nous écoutons toutes les sources qui nous indiquent comment nous améliorer.

Ensuite, en ce qui concerne le fonctionnement de la Whitelist et son paiement, tous les sites Internet qui remplissent les critères de la Publicité Acceptable (et uniquement ceux-là) peuvent faire partie de la Whitelist. Ces sites Internet n’ont pas besoin d’arrêter la diffusion de leurs publicités habituelles (bien que nous les encouragions à le faire), ils peuvent les transformer de façon dynamique en Publicités Acceptables chaque fois qu’un utilisateur d’ABP visite leur site. De cette façon, les sites Internet s’adressent aux utilisateurs d’ABP d’une manière spécifique et peuvent regagner leur confiance. Notre logiciel n’ignorera jamais le choix des utilisateurs. Chaque candidature à la Whitelist est soumise à la communauté sur le forum afin d’y être débattue. Soyons parfaitement clairs: il n’y a absolument aucun moyen d’être répertorié sur la Whitelist sans respecter les critères de la Publicité Acceptable.

Alors, comment cette question d’argent entre-t-elle en scène? 90% des sites Internet de la Whitelist, y compris les bloggeurs et sites Internet français, ont été admis sur la Whitelist gratuitement. Eyeo demande une rémunération lorsque la charge de travail est lourde (en raison par exemple du nombre d’annonces et de sites Internet affectés, de demandes d’assistance auprès d’Eyeo pour adapter les publicités, du niveau de support technique, de la nécessité de surveiller les changements apportés et d’effectuer les mises à jour, etc.). Globalement, cela concerne 10% des sites Internet de la Whitelist, sites qui augmenteront leurs revenus publicitaires grâce à la Publicité Acceptable.

Et gardez à l’esprit que si notre compromis échoue, il y aura toujours un autre bloqueur de pub pour prendre notre place, et lui ne souhaitera peut être pas faire de compromis.

Quelle est la conception d’EYEO de l’Internet libre et gratuit?

Capture d’écran 2015-05-22 à 16.13.37EYEO et ses détracteurs ne partagent à l’évidence pas la même définition de ces termes. Pour nous, le «free» Internet est un Internet qui respecte les utilisateurs et ne les traite pas comme des produits.

Au commencement, Internet était un incroyable espace d’échange et de liberté. Cela convenait très bien aux éditeurs de fournir leurs contenus gratuitement. La publicité était accessoire et constituait un simple soutien. Mais les choses ont évolué et certains opérateurs ont apparemment décidé que l’objectif principal d’Internet était de noyer les internautes sous une vague massive de publicités intrusives et de faire commerce en les traquant et en vendant leurs données personnelles.

Aujourd’hui, la publicité est quasi omniprésente et, page après page, les internautes sont interrompus dans leur navigation par des pop-up, des pop-under, des publicités qui s’imposent brutalement à vous en clignotant ou même en hurlant. Plus encore, tous leurs mouvements sont surveillés et enregistrés afin de les cibler avec encore plus de publicité.

Certaines personnes prétendent que le modèle du «free» Internet serait «contenus gratuits contre publicité». Mais a-t-on demandé aux internautes quel type d’Internet ils souhaiteraient? Ont-ils accepté d’être harcelés par la pollution publicitaire ? Est-ce qu’ils ont dit qu’ils étaient ravis de ce que leur vie privée soit piétinée et que leurs données personnelles soient traitées comme des marchandises commerciales? Évidemment non. Le changement d’état d’esprit de l’Internet s’est fait sans le consentement de ses utilisateurs et généralement à leur insu.

Face à cette opacité, de plus en plus d’utilisateurs ont choisi de résister en utilisant des outils comme Adblock Plus. L’utilisation de dispositifs de blocage est encouragée par les autorités de protection des données personnelles et des institutions indépendantes telles que l’Université de Stanford.

Cela soulève des questions financières pour les éditeurs. Nous comprenons cela. Et c’est exactement pour cela que nous avons essayé de trouver une voie intermédiaire, un compromis qui respecte les deux points de vue: l’initiative Publicités Acceptables. Essayez et vous verrez par vous-même ! Si les opérateurs de l’Internet se souciaient vraiment des internautes, ils respecteraient leurs choix.

[Contenu proposé par Eyeo]

Lire aussi: [FWD Media] Adblock, ami ou ennemi des médias? débat avec Kai Recke (Adblock Plus / Eyeo) et Cyril Zimmerman (Hi Media Group)

Adblock : quand le bloqueur devient le bloqué

Tags

FrenchWeb

Pour contacter la FrenchWeb, cliquez ici / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

7 thoughts on “AdBlock Plus: « Nous ne menons pas une croisade anti-publicités »”

  1. La pollution publicitaire on la retrouve surtout sur des sites de téléchargement/streaming illégaux. Adblock peut donc dire merci à ces sites… et donc parler de respect de l’internaute quand celui ci s’est fait inondé de pubs parce qu’il a refusé de payer pour un film et rester dans la légalité c’est un peu comique. Et pourquoi donc ce même internaute voudrait maintenant avoir le choix entre service payant ou publicité ? Ce qu’il veut avec Adblock est simple: pas de contenu payant + pas de publicité.

  2. C’est la fin de l’Internet gratuit. Comment les éditeurs de médias vont ils tenir et offrir du contenu à leurs visiteurs sans revenu publicitaire. Il faut arreter de croire que les sites se gavent et son content de mettre plein de pub sur leurs sites. Mais le marché est devenu tellement faible et les prix tellement bas que pour survivre (et c’est de la survie), nous sommes obligés de mettre plus de pub… Logique. Quand tous les sites seront morts, vous viendrez pleurer que l’Internet était mieux avant. Dans quelques années, il n’y aura plus 3 sites (Google, MSN, Yahoo) et des blogs. Super l’Internet du futur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This